Gros.se = riche ? Pas sûr…

Ces derniers jours, un dessin de l’illustrateur Nawak a fait polémique.
Une image d’un gros mangeant du fastfood et écrasant la terre sous son poids.

gros riche nawak
(Dessin par Nawak)

Je n’ai pas envie de nourrir la polémique sur cet illustrateur ou ce dessin en particulier.
Je le cite juste à être d’exemple.
Le problème n’est pas Nawak, mais bien cette idée reçue, qui est TRES répandue.

D’ailleurs, quand on cherche un peu, on trouve plein de dessins humoristiques représentant la société de consommation, les riches, les oppresseurs par… un.e gros.se.

Vous voulez quelques exemples supplémentaires ?
Allons-y.

gros richegros riche 3

 

 

J’aurais pu en citer plein d’autres.

Entendons nous : je vois l’idée que ces dessinateurs essaient de faire passer : dénoncer l’inégale répartition des richesses dans la population mondiale, et la société de consommation. J’imagine bien qu’il n’est pas facile de rendre cette idée « lisible » au travers d’un dessin, mais il n’empêche qu’utiliser constamment les gros.ses comme illustration des consommateur.trice.s riches est une représentation particulièrement fausse.

Statistiquement, il y a beaucoup, beaucoup plus de personnes obèses parmi les classes sociales défavorisées que parmi les riches.
La raison est assez simple à comprendre : vivre sainement coute cher.

S’acheter des légumes frais, des fruits frais, de la viande de bonne qualité (pour les personnes non-végétariennes), c’est notablement plus cher que de s’acheter une pizza surgelée.

Le temps de travail rentre en ligne de compte, aussi.
Beaucoup de personnes venant de classes sociales pauvres cumulent les boulots, ou ont des horaires de travail difficilement compatibles avec le fait de passer du temps aux fourneaux.
Des postes de travail notablement plus pénibles, aussi. Vous auriez envie de passer une heure debout dans la cuisine après 8h de travail à la chaine à l’usine, ou sur un chantier ?

A coté de ça, faire du sport aussi a un certain coût financier et en terme de temps. Que beaucoup ne peuvent pas se permettre.

Pour toutes ces raisons, les classes sociales les plus touchées par l’obésité sont celles qui sont en bas de l’échelle sociale.

Utiliser un.e gros.se pour représenter la richesse et la société de consommation est donc non seulement réducteur, mais en premier lieu complètement faux.

Cette idée reçue amène à des situations particulièrement dégueulasse.

Je vais vous raconter une anecdote.

Un mec fait régulièrement la manche près du supermarché où je fais mes courses. Je lui fais, quand je peux, quelques courses alimentaires.
Il m’est plusieurs fois arrivé d’entendre des gens dire des trucs du genre « Va pas me faire croire qu’il a pas de thune, gros comme il est ».

Sauf qu’en fait, « gros comme il est », ça lui arrive de me demander « tu peux m’acheter un kilo de carottes / de pommes ? Ca fait une semaine que j’ai pas pu manger de fruits ou légumes… ». Parce que ouais, avec l’argent de la manche, il va plutôt s’acheter du pain et du fromage qui tiennent au bide… que des fruits et légumes. Logique, n’est ce pas, quand on y réfléchit trois minutes ?

Pour rester sur la « richesse » des gros.ses, je rappellerais également que les gros.ses font parties des personnes les plus discriminées à l’embauche, et également des personnes à qui ont permet le moins d’accéder à des promotions sur leur lieu de travail.

Plutôt un mauvais point, si on veut devenir riche, vous en conviendrez…

Alors, ami.e.s dessinateur.trice.s, ça serait vraiment chouette que vous arrêtiez de renforcer de cliché quand vous voulez dénoncer les inégalités sociales ou la société de consommation. Ce que vous faites est contreproductif si vous avez en ligne de mire plus de justice sociale, dans la mesure où en faisant ça, vous enfoncez une catégorie de personnes qui est DEJA plutôt en bas de l’échelle.

Publicités