Cyril Hanouna, Touche Pas à Ma Folie !

Salut Cyril !

Tu permets, je te tutoie. Après tout, tu appelles tes spectateurs « mes chéris », alors je crois qu’on est assez intimes pour que je puisse te tutoyer !

Permets moi de te dire que j’ai trouvé ta dernière bande annonce très drôle.

hanouna-psychophobie

Vraiment. Je t’assure.

J’ai beaucoup ri. (Tu aimes, hein ?)

De toi. (Tu aimes moins ?)

Bon. Maintenant que je t’ai expliqué que je me suis allègrement foutue de ta gueule en voyant cette bande annonce, je pense qu’il serait assez aimable de ma part de t’expliquer pourquoi, n’est ce pas ?

T’as de la chance, je suis quelqu’un de fondamentalement aimable (ou pas, mais on va faire comme si c’était le cas, ça facilite les contacts !)

Donc : en voyant ta bande annonce, j’ai ricané bêtement en me demandant si tu t’étais cru original, sur ce coup.

Se fendre la gueule sur le thème de la folie… C’est pas tellement inédit, tu sais ?
C’est même un des grands refrains de la psychophobie. (Ouais attends, je sais, j’utilise des mots que tu connais pas et qui sont même pas dans le dico. Alors je t’explique. La psychophobie, c’est l’ensemble des discriminations, des idées reçues, des clichés éculés, et autres brimades diverses que vivent les personnes malades psychiques – les fous-folles, quoi – dans notre société.).

Alors ouais, je me suis un peu foutue de toi : toi qui te présentes souvent comme novateur, qui amènes des nouveaux concepts d’émission… Tu fonces droit dans un cliché cuit et recuit, tellement recuit qu’il en est immangeable…? Bah merde alors, elle est où ton originalité ?

Par contre… Même si j’ai beaucoup ricané en me foutant de ta poire sur ce coup… Y a un truc qui me fait vachement moins marrer.

Hey, attends, je vais te parler de moi trois secondes. Vite fait hein.
Je fais partie des 1 personnes sur 5 (selon les statistiques de l’OMS) qui vivent avec des troubles psychiques.
Oh, t’inquiète, là je vais bien, j’ai appris à vivre avec, je vais carrément mieux que y a quelques années.
Mais avant ça, j’en ai sacrément bavé.
J’en ai bavé à cause de mes angoisses, de tout le toutim, mais pas que.

J’en ai aussi bavé sacrément parce que je crevais de peur d’être rejetée, qu’on découvre mes marques d’automutilation et qu’on s’éloigne de moi vitesse grand V parce que les fous font peur, qu’on me discrimine à l’embauche à cause de ça, ‘fin… tout ca.
Tout ça, c’est la réalité des personnes qui vivent avec des troubles psychiques.
Les fous-folles sont largement plus souvent victimes de violences diverses (physiques, sexuelles, psychologiques) que les personnes sans troubles psy. C’est comme ca. C’est comme ça dans notre société, et c’est bien dégueulasse.
Alors ouais, j’avais la trouille.
(Et dans une certaine mesure, je l’ai toujours, cette trouille. Parce que le nom de mon « trouble » fait peur (borderline, donc). Parce que c’est un de ces trucs dont on dit « c’est à vie ». Même si j’ai appris à vivre avec, même si je sais depuis un bon petit moment assez comment je fonctionne pour pouvoir éviter de partir en vrille… Le dire ouvertement, c’est VRAIMENT s’exposer à pas mal d’emmerdes, à ce qu’on me refuse un boulot quand je voudrai changer de taf, à ce qu’on me refuse un crédit si je veux emprunter de l’argent pour x raison. Tout ça. Tout ça et plein d’autres merdes.).

C’est ça, la psychophobie.

Et chaque fois qu’un glandu (‘scuse, je suis un peu moins polie pour le coup, mais c’est pour la bonne cause. Pis je crois que tu t’en fous un peu, de la politesse, n’est ce pas, toi qui te vante de tellement aimer le politiquement incorrect ?) dans ton genre fait son petit morceau d’humour sur les fous-folles, chaque fois qu’on trouve publiquement tellement fun de se foutre la gueule des gens en hôpital psy, chaque fois qu’on trouve que c’est tellement rigolo de comparer les gens à des fous pour les ridiculiser… Tout ca… Et bien c’est cette discrimination là qu’on renforce.

Alors ouais, franchement, Cyril, tu as vraiment fait de la merde.

Parmi tes spectateur.trices, il y en a un sur 5 qui s’est pris ces clichés dans la gueule comme une paire de baffes.
Et encore, je pense que certain.es se la seront pris encore bien plus durement que moi. Parce que personnellement, j’ai eu la chance de pouvoir me passer d’hospitalisation. Y a pas eu besoin. Mais pour beaucoup, oui, l’hôpital psy, c’est un passage obligé à un moment donné, parce qu’ils ont besoin de soins plus intensifs que ce qu’on peut leur fournir à l’extérieur (tu sais, exactement comme pour une autre maladie, hein…).
Et l’HP, c’est pas un endroit fun.
L’HP, c’est beaucoup de souffrances mises côte à côte dans le même bâtiment.
L’HP, c’est des fois des soignants chouettes, humains et compétents, mais pas toujours (vraiment pas !).
L’HP, c’est une privation de liberté qui n’est pas simple à encaisser et qui donne lieu aussi à pas mal d’abus.
L’HP, c’est des fois (trop souvent) carrément des maltraitances médicales.
L’HP, c’est des fois être contentionné (plus avec une camisole de force, mais sanglé sur un lit. C’est pas mieux).
L’HP, c’est aussi souvent beaucoup de solidarité entre les patient.es, et ça, personne le dit (soit on rigole des fous-folles, soit on a un regard plein de pitié sur eux, mais on n’imagine pas qu’entre eux, les patient.es puissent s’entraider, se soutenir. Et pourtant… )
‘fin bref. L’HP, c’est tout sauf un sujet de blagues qui ridiculisent les fous-folles.

Pis t’sais… J’ai un autre scoop. La maladie psychique, c’est une maladie. (Ouais, merci Captain Obvious).
Est-ce que ça te viendrait à l’idée de faire une bande annonce « Service d’oncologie » ? Ou « service des grands brûlés » ?
Non hein. Parce qu’on rigole pas avec le cancer ou sur les grands brulés, c’est pas fun comme sujet. C’est pas bien vu d’en rire (et heureusement, d’ailleurs, qu’on n’en rit pas, ça n’a rien de drôle).
Alors pourquoi la maladie psychique serait supposée être un sujet de blagues, alors que tout comme le cancer, c’est une vraie maladie ?

Et tu sais… J’ai encore un autre scoop. Même si aujourd’hui tu es en bonne santé psychique (du moins je suppose ?), peut-être que demain, tu vas faire une grosse dépression. Oui, ça peut arriver absolument à tout le monde, les troubles psychiques.
Donc peut-être que demain, ça sera toi, qui sera dans un hôpital psychiatrique en train de batailler pour retrouver la santé.

Est-ce que tu aurais envie de devenir un sujet de blague ?

Alors ouais, je sais, comme tu le dis souvent « La télé, c’est que d’la télé ».
Mais il se trouve que la télé, beaucoup de monde la regarde.
Et que quand tu véhicules de clichés pareils… D’une part tu fous une grande baffe dans la gueule à 1 spectateur.trice sur 5. Et d’autre part, tu renforces les clichés qui font que les 4 spectateur.trices restants risquent d’avoir des attitudes discriminatoires envers le premier.

Alors la télé, c’est des fois sacrément dangereux, quand ça véhicule des clichés de merde…

Allez.

Je te laisse réfléchir à tout ça.
Enfin… J’espère que tu y réfléchiras.

Lau’

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s