Trop gros.se pour être opéré.e ? C’est d’actualité au Royaume Uni

Hey, ami.e.s gros.ses…

Vous prévoyez de déménager ? De changer d’air, de changer de pays ?
Vous trouvez que le charme brumeux de la ville de Londres, ou les pintes de bonne bière anglaise sont attrayants ?

Je vais vous donner une petite information qui va probablement vous faire réfléchir à deux fois à l’idée d’aller poser vos valises pour vous installer quelque part au Royaume Uni.

Donc…

Dans l’optique d’économiser sur les frais de santé publique, nos amis british ont eu une idée lumineuse.

Si vous êtes gros.se et que vous devez subir une intervention chirurgicale non vitale (genre vous faire réparer un ligament démoli, poser une prothèse de hanche ou que sais-je encore), on peut vous faire attendre jusqu’à un an.
Histoire qu’éventuellement ça vous « convainque » de perdre du poids.

Vous avez mal ?
Vous êtes limités dans vos déplacements ?
Handicapé dans votre vie quotidienne ?

C’est pas grave, perdez du poids, on vous opèrera si vous perdez 10% de votre poids corporel, sinon vous attendrez un an.

Va-t-on vous aider à perdre du poids ?
Vous fournir, en contrepartie de cette attente, un suivi adéquat pour vous accompagner ?
Bien sûr que non (il s’agit de faire des économies, n’est-ce pas… On ne va quand même pas dépenser de l’argent pour les gros.ses… Et puis bon, de toutes manières, c’est bien connu, un peu de volonté et de motivation, et hop, les kilos s’envolent. N’EST CE PAS ?)

Peut-être êtes vous, comme moi, en train de vérifier la date.
Non. Nous ne sommes pas le 1er avril. Ça n’est pas une foutue blague.

Mais après tout… est-ce que ça vous surprends vraiment, qu’on en arrive à ça ?

Il est bien connu que nous, les gros.ses, on fait enfler les coûts de la santé. Qu’on est juste des personnes qui négligeons notre santé, et qui, avait une carotte ou un bâton, pouvons être amenés à perdre du poids.

Si le Royaume-Uni a institutionnalisé cette pratique, il ne faut pas se voiler la face.
Le fait que des soins sont régulièrement refusés aux personnes obèses n’est pas une spécialité anglaise.
De très (trop) nombreux médecins examinent avec un sérieux très relatif la situation médicale des personnes en surpoids, se bornant à tout mettre sur le compte de leur poids, à leur dire de maigrir, et à jeter sur leur corps un regard chargé de condescendance.
Et ça, c’est vrai partout autour de nous.
La grossophobie du milieu médical n’est plus à prouver, de nombreuses personnes peuvent en témoigner.

Chers médecins, du Royaume-Uni ou d’ailleurs… Souvenez vous que vous avez fait le serment de soigner chaque patient.e au mieux.
Pas « chaque patient.e, sauf les gros.ses ».
Parce que oui, aussi étrange que cela puisse vous paraitre, nous sommes de vrais humain.es. Pas des amas de gras sur pattes.

grosse-colere

Publicités

2 réflexions sur “Trop gros.se pour être opéré.e ? C’est d’actualité au Royaume Uni

  1. Je viens de découvrir ton blog en faisant des recherches sur google, et je suis absolument ravi! Tes article sont tous lucides et tellement vrai!

    Certain médecin (même en France) confondent bien être physique et mentale! Et ne conçoivent pas que l’on puisse être heureuse et en « surpoid médical ».
    De la même façon certain d’entre eux partent du principe que certaine chose ne devrait pas être permis à une femme en surpoids/obesité, comme par exemple être enceinte!
    Combien de femmes se sont vus rappeler par leurs gynécologues ou médecins à quelle point elles prenaient un risque (comme si elles ne s’entaient pas renseignées sur le sujet!) ou avoir le droit à des remarques désagréable ou insultante.

    En tout cas ton blog est génial et c’est avec plaisir que je lirais ton prochain article!

    J'aime

  2. Je trouve effectivement ces mesures atroces. Encourager un patient à perdre un peu de poids est en général une bonne chose dans la mesure où cela permet de diminuer des facteurs de risques cardio-vasculaires (tout comme contrôler sa tension et arrêter de fumer). Seulement, ça marche uniquement quand on a des ressources à donner au patient pour qu’il le fasse correctement, sans avoir l’impression qu’il doit le faire uniquement parce que « être gros, c’est chiant et ça coûte à la société ». Cela étant dit, il existe certaines situations où l’obésité peut être un facteur de mauvais pronostic (la grossesse notamment) et donc le patient doit être tenu informé, sans jugement associé. Vouloir imposer un régime en refusant des opérations, c’est juste défoncer le peu de foi que les gens peuvent avoir en la médecine… ce qui est regrettable.
    On ne peut pas changer le fait que l’obésité soit un problème de santé publique, mais on peut tout à fait arrêter de s’obstiner à vouloir faire maigrir la population selon un score aussi réducteur que l’IMC. Il y a un équilibre à trouver entre vouloir encourager les personnes à rester actives et prévenir les grandes pathologies (diabète, HTA et insuffisance rénale notamment) en perdant quelques kilos et vouloir sculpter tout le monde comme des mannequins qui eux pour le coup tendent à être beaucoup trop maigres et en danger aussi!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s