Black M, Verdun, et le festival de la mauvaise foi

Bon. Ceci est ma dernière adjonction à cet article – que non, je ne supprimerai pas – pour expliquer le contexte où je l’ai écrit.

Donc : en général, quand je vois « Black M » dans un titre d’article, je ne lis pas.
Parce que sa musique c’est de la merde, parce que j’ai un mépris sans limite pour son culte du fric, et que j’ai la rancune tenace face à l’homophobie décomplexée des (ex) membres de Sexion d’Assaut.
Et qu’en prime je me farde du Black M et du Maitre Gims à longueur de journée de taf parce que je bosse avec des ados qui adorent la soupe musicale mainstream.
Donc ouais, habituellement, je ne lis pas.

D’où le fait que le début de la polémique autour de Black M à Verdun a eu lieu sans que j’y prête attention : je ne lisais tout simplement pas les articles sur la polémique, parce que je m’arrêtais à « Black M » et que je ne pensais pas qu’il y ait quoi que ce soit d’important à lire dans un article concernant Black M.
Quand le concert a été annulé, le nombre d’articles qui me sont passés devant le nez dans ma timeline sur les réseaux sociaux m’a amené à me dire « Wtf qu’est ce qu’il se passe ? », et à lire les articles.
J’ai donc découvert en même temps :
– L’invitation de Black M à Verdun.
– Le tollé dans les rangs de l’extrême droite.
– L’annulation.
– Et les réactions sans nuances de CERTAIN.ES militant.es anti-racistes.

Cet article, je l’ai écrit en mode coup de gueule (comme le titre du blog pourrait éventuellement le laisser supposer).
Pas en mode étude sociologique.

Je l’ai écrit en mode coup de gueule d’une personne pas hétéro, qui en l’espace de quelques minutes découvrait :
– Que des abrutis finis avaient eu l’idée lumineuse d’inviter à une commémoration à visée plutôt pacifique (commémorer les victimes, c’est pas célébrer la guerre hein…) un mec qui a fait partie d’un groupe musical qui incitait verbalement à trancher les organes génitaux des homos et qui « assumait à 100% son homophobie ». Paie ton pacifisme. 1er crachat dans la gueule.
– Que des crevures d’extrême droite – qui habituellement ont plutôt tendance à cracher joyeusement à la gueule des personnes LGBT+ – avaient eu l’indécence de tenter de bouffer au râtelier LGBT+ pour planquer leur racisme sous le tapis. 2ème crachat dans la gueule.
– Et que CERTAIN.ES militant.es anti-racistes abordaient la défense de Black M en empêchant toute forme de mention de son homophobie dans la discussion, et en accusant de racisme toute personne ne se pliant pas à cette exigence. 3ème crachat dans la gueule.

Alors oui, cet article a été écrit du tac au tac, énervée, en colère. Ouais.
Colère que je continue d’estimer légitime, et tant pis pour les personnes qui verront là une preuve de mon « racisme ».
Mais colère qui m’a amené à présenter les choses sans les hiérarchiser en terme de conséquences ou de gravité sur un plan SOCIAL et SOCIETAL.
S’il est grave sur la plan humain que des personnes se sentent le droit de dire à des personnes touchées par l’homophobie de fermer leur gueule sur le sujet, c’est très loin d’avoir le même impact sur le plan de la société que la mobilisation raciste dégueulasse dont Black M a fait les frais.
On est bien d’accord là dessus.
Et en aucun cas mon aversion pour Black M ne me fait trouver la moindre excuse aux sous-merdes d’extrême droite qui ont lancé un bashing contre ce mec dont ils se foutent royalement, mais qui se trouve avoir une couleur de peau et une religion qui ne leur reviennent pas.

Maintenant, s’il y a encore des gens qui ont envie de chercher dans cet article une preuve de mon « racisme », j’ai envie de dire : démerdez vous avec votre conscience.
J’ai dit ce que j’avais à dire sur le sujet et je n’y reviendrai pas.

—-
(Pour celleux qui auraient passé les derniers jours dans une grotte isolée sous les montagnes de l’Antarctique – je pense qu’il fallait au moins ça pour ne pas en entendre parler – petit rappel des faits : Black M était supposé chanter lors de la commémoration du centenaire de la bataille de Verdun. Cette annonce a fait un tel tollé dans la faschosphère que le concert a été annulé).

Je suis agacée.

Je crois que je suis intolérante à la mauvaise foi autant que je suis intolérante à la haine et à la discrimination, et dans cette affaire là, le festival de mauvaise foi déployé par absolument tout le monde dans cette histoire là devient… assez irritant.

Donc nous avons :

Black M.
Ex-membre de Sexion d’Assaut.
Groupe qui s’est illustré, en terme de très bad buzz, par une interview où ils ont affirmés « être homophobes à 100% et l’assumer » (vous avouerez que ça pique, quand même, non ?).
Mais – et c’est à préciser parce que ça explique un peu la suite – (arrière ? j’ai lu les deux versions) petit fils de tirailleur sénégalais.

Black M

La faschosphère.
Qui s’est illustrée – majoritairement – par son soutien à la Manif Pour Tous, et donc par son homophobie.

Les militant.es intersectionnel.les.
Qui ne sont habituellement (et c’est heureux, hein !) pas connu.es pour leur tolérance aux propos homophobes.

Maintenant que les protagonistes de cette vaste blague (ouais je suis pas très tendre. J’vous ai dit que je suis allergique à la mauvaise foi !) sont présentés, on va pouvoir passer au scénario de cette mauvaise farce.

Acte Un :

Black M est pressenti pour chanter lors de la commémoration de la bataille de Verdun.

On peut sérieusement se poser la question du sens de cette programmation.
Commémorer la présence des tirailleurs sénégalais dans les tranchées (ce qui serait PLUTÒT LOUABLE).
Ou simplement faire le buzz et attirer l’attention sur cette commémoration avec la présence d’un chanteur actuellement plutôt populaire, sans autre sens profond.
Mon petit coté cynique me fait honnêtement pencher pour la 2ème version. Malheureusement.
Acte un de la mauvaise foi, donc : c’est une manière de commémorer, ou de faire du fric et du buzz. Faudrait savoir hein. Parce que c’est pas vraiment la même chose !

Acte Deux :

Ca fait un mega tollé dans la faschosphère.
Tout le monde hulule à la déshonoration (oui je sais, le mot n’existe pas, mais j’m’en fous, pour illustrer le ridicule de la faschosphère, je n’ai pas trop de problème à utiliser des mots qui n’existent pas !) des morts français, et blablabla.

En utilisant des arguments… Pour le moins diversifié.

Ca ne fait pas très glamour de dire que Black M n’est pas assez blanc et pas assez Français de Souche pour chanter lors de cette commémoration.
Ca obligerait à assumer son racisme, et brrr, assumer son racisme, c’est quand même pas très bien vu hein.

Alors bon.
Il s’agit donc de trouver d’autres arguments.

Le fait que Black M a fait des chansons pas très tendres envers la France.
(Ma foi, ça a le mérite, au moins, d’être dans une certaine cohérence avec le patriotisme nationalisme assumé de la faschosphère… Mais par contre, on peut se demander si « vénérer la France » est forcément nécessaire pour commémorer la mémoire des morts d’une bataille…).

Et – et c’est là que mon détecteur de mauvaise foi passe dans le rouge – la faschosphère se sent également autorisée à utiliser L’HOMOPHOBIE DE BLACK M comme argument.

Et là, je commence à avoir envie de distribuer des baffes à tour de bras.

Parce que cette même faschophère hululait il y a peu à la ruine de la morale de notre société et à la destruction de l’humanité par le Puissant Lobby LGBT lors des rassemblements de la Manif Pour Tous Les Homophobes.

Alors faudrait voir à arrêter de se foutre de la gueule du monde, hein.

Chers lecteur.trices faschos (en supposant que j’en aie. Berk !)… vous ne POUVEZ pas, si vous avez une once de cohérence et de logique, hululer avec la Manif Pour Tous PUIS dénoncer l’homophobie de Black M.

C’est de la fucking mauvaise foi caractérisée, et c’est vraiment prendre les personnes LGBT+ pour de parfaits con.nes hein.
Essayer de bouffer au râtelier LBGT+ après nous avoir craché dans la gueule, c’est VRAIMENT du foutage de gueule caractérisé.

Ce qui vous dérangeait avec la présence de Black M à Verdun pour cette commémoration, c’est pas le fait qu’il soit homophobe. C’est le fait qu’il ne soit pas blanc, et qu’en plus il ait l’audace de critiquer la France (en même temps, tu m’étonnes qu’il la critique, vu comme les personnes racisées y sont traitées, hein !)

Acte Trois :

Face à ce tollé, la Mairie de Verdun déprogramme Black M.

Acte Quatre :

Dans ma timeline sur les réseaux sociaux, je vois un gros tollé d’indignation fleurir contre cette déprogrammation.
De la part de militant.es intersectionnel.les.

Les mêmes militant.es intersectionnel.les qui habituellement montent au créneau si on a le malheur de citer un.e artiste / un.e auteur.e qui a eu le mauvais goût de faire une bouse (même une bouse passablement moins massive que de dire ouvertement « On est à 100% homophobes et on l’assume »).

Il semblerait donc que l’éponge ait été totalement passée sur l’homophobie du mec, pour ne surtout pas aller le moins du monde dans le même sens que les gros.ses merdeux.ses de la faschosphère.

On souligne avec emphase le fait que Black M soit le descendant d’un tirailleur sénégalais, et toute personne tentant de faire remarquer que c’est certes un descendant d’un tirailleur sénégalais, mais AUSSI un enfoiré homophobe se fait rapido démonter et accuser de hurler avec les loups de la faschosphère, et par la même d’être raciste.

Elle est passée où, l’intransigeance habituelle contre les propos LGBTphobes ?

C’est quoi ce monde pourrave, où la nuance est interdite ?
Où on ne peut pas lutter A LA FOIS contre la bouse raciste des enfoirés en chemise brune, contre le fait qu’ils se permettent en prime d’utiliser la lutte contre l’homophobie comme prétexte alors que c’est habituellement les pires crevures homophobes…
ET contre la présence à une manifestation commémorative d’un mec qui a dit « On est 100% homophobes et on l’assume » ?!

Est-ce que le racisme est moins grave que l’homophobie ? NON.
Est-ce que l’homophobie est moins grave que le racisme ? TOUJOURS PAS.

Les deux sont à part égale un mélange de vomi et de merde.

Ah.

J’vous ai vu, là dans le fond, qui vous préparez à me faire un laïus sur les whitetears dans les commentaires de cet article (parce que ouais, soyons sérieux.ses, je pense – J’ESPERE – que j’ai quand même un peu plus de lecteur.trices se revendiquant de l’intersectionnalité que de lecteur.trices en chemise brune, hein…) :

NON, je ne cautionne pas le racisme crasseux de la faschophère autour de cette histoire de concert de Black M. VRAIMENT PAS.

Mais par contre, en tant que personne directement touchée par l’homophobie, j’ai beaucoup de mal à avaler de voir une sorte de tabou autour de l’homophobie de Black M.
Le fait qu’il ait la faschosphère sur le dos à cause de sa couleur de peau ne l’absout pas magiquement de son « homophobie à 100% assumée ». VRAIMENT PAS non plus.

Par honnêteté intellectuelle :

– Non, je ne dis pas que c’est l’intégralité des militant.es intersectionnel.les qui a adopté une position sans nuance quant à ce cher Black M.
Par contre, il ne s’agit pas NON PLUS d’une ou deux personnes qui auraient dit un peu nawak dans leur coin, mais quand même d’une position que j’ai vu de manière assez récurrente pour que ça me fasse réagir.
Et NON, je ne citerai pas qui quoi comment où.
Ca n’est pas dans mes habitudes « d’afficher » des gens, y compris des personnes dont les positions me font bondir. Et je ne compte pas faire exception ici.

– Je n’avais pas mentionné dans mon article le fait que Black M – et le groupe Sexion d’Assaut en général – ont fait amande honorable quant à leurs propos homophobes. Par des excuses publiques, et en participant à une action anti LGBT-phobe avec une (ou des ?) assos.
Par contre, il est utile de préciser que cette amande honorable est survenue après que des villes aient menacé de supprimer leurs concerts suite au tollé qu’avaient fait leurs propos.
Pour être honnête : je ne crois pas une seconde à la sincérité d’excuses obtenues par la menace de grosses pertes financières. Je n’y crois pas. C’est clairement pour ça que je n’ai pas mentionné ces excuses, qui ont à mes yeux autant de valeur qu’un pet de mouche.
Mais je n’ai pas la science infuse, et peut-être que je me plante. Allez savoir.

Publicités

20 réflexions sur “Black M, Verdun, et le festival de la mauvaise foi

  1. Toujours agréable de lire un texte clair et précis qui résume son opinion et ses idéaux.
    J’ai fait une prépa littéraire et trois ans de journalisme en école privée. De mes études j’ai gardé quelques « contacts » et une rage sourde. Voir ces quelques contacts (dont des racisés) réagir de la même façon que la fachosphère et partager le même type de posts (paroles anti patriotiques et homophobes) ne fait que me confirmer une fois de plus qu’on ne peut faire confiance à personne et que les personnes se réclamant « cultivés », « ouverts », « attachés à la déontologie journalistique » ne valent pas mieux que les individus qu’elles critiquent et méprisent.
    Je ne suis pas parfaite, je ne suis pas mieux que tout le monde, mais toutes les formes de discrimination me donnent le nausée. Ce monde et plus encore, cette France me désespère.

    J'aime

    1. Fascisme : Attitude autoritaire, arbitraire, violente et dictatoriale imposée par quelqu’un à un groupe quelconque, à son entourage.

      Je vois le terme « fachosphere » tourner énormément. N’auriez vous pas l’impression que le milieu militant fait preuve d’une autorité arbitraire, violente et dictatoriale envers les personnes ne partageant pas les memes convictions ? La sphere militante me semble tout aussi extreme dans l’expression de ses convictions.

      Cordialement,

      J'aime

      1. Le fascisme est avant tout une doctrine devenue système caractérisé par la toute-puissance de l’Etat (lui-même représenté par un parti unique), la mise en place d’un appareil répressif à travers la police, et par l’exaltation du nationalisme. L’Histoire a montré que les individus ou groupes se réclamant de cette doctrine avaient un sérieux problème de tolérance et de respect vis à vis des personnes non-blanches, non chrétiennes catholiques, non hétérosexuelles et des personnes de genre féminin.
        User de la liberté (d’expression) pour inciter à haïr et mépriser des catégories d’humains, avec pour seul argument qu’elles sont « différentes » de la pseudo population de souche est un non-sens démocratique. La sphère militante ne fait que répondre aux messages et actions extrêmes de la fachosphère. Pour mieux comprendre le phénomène en France : Voyage au coeur d’une France fasciste et catholique intégriste, un reportage écrit de Rémy Langeux et Matthieu Maye.

        J'aime

    2. Pourquoi mettre l’antipatriotisme (qui est une opinion défendable) et l’homophobie (une oppression) sur le même plan ?

      Ensuite tu laisses entendre ici qu’on DOIT être patriote et que ne pas l’être est une faute et un manque. Pourquoi ?

      Enfin, pourquoi des personnes minoritaires et traitées comme en marge du corps national (qui s’est construit sur leur dos) devraient être patriotes ,

      J'aime

      1. Ce n’est pas moi qui met l’antipatriotisme et l’homophobie sur le même plan mais les détracteurs de Black M. Idem pour ta deuxième question. Je n’aime pas particulièrement ce que fait et a fait Black M niveau musical ou pour les paroles homophobes qu’il a eu mais ce n’est pas une raison pour l’empêcher de faire un concert ou pour se montrer raciste.

        Je ne demande en aucun cas aux minorités et aux personnes marginalisées par le corps national de le soutenir. Au contraire, je comprends qu’elles soient lassées, énervées et plus par cette France, d’ailleurs j’en fais aussi partie, de ces personnes blasées par l’Etat d’où mon « cette France me désespère ».

        J'aime

      2. Pas grave, je m’en doutais un peu, mais c’est le risque de l’écrit et puis ce sont des sujets complexes où ça peut vite partir en vrille, car on peut les tordre dans tous les sens.

        J'aime

  2. C’est assez curieux de lire quelqu’un qui parle de militants intersectionnels (surtout antiracistes en fait d’après votre article) et qui n’est pas capable une seule fois de reconnaitre que l’homophobie et le racisme ne s’excluent pas. Comme si les antiracistes étaient tolérants envers l’homophobie parce que ne pouvant pas se préoccuper de deux oppressions.
    On peut être noir-e ET homosexuel-le hein, et donc dénoncer l' »affaire Black M à Verdun » tout en étant concerné par l’homophobie. C’est un peu ça l’intersectionnalité à la base.
    Surtout que depuis le scandale homophobe de Sexion d’Assaut, ils ont participé à une campagne anti-LGBTphobie avec le CRAN et se sont excusés publiquement etc.
    Partir du principe que quelqu’un ayant proféré des propos homophobes il y a des années le reste ad vitam eternam malgré des preuves d’une volonté de changer cela, c’est faire dans l’essentialisation…
    Article pas très sérieux donc.

    J'aime

    1. On est bien d’accord, il – et le groupe entier – a effectivement fait « amande honorable » en présentant ses excuses et en participant à une action anti Lgbt-phobie.

      Je suis bien d’accord.

      Après – et là ouais, c’est ma lecture du truc, et je ne suis pas dans sa tête et qui sait peut être que je me plante – mais des excuses obtenues alors que des villes menançaient d’annuler les concerts de Sexion à cause du bad buzz géant de ces propos… Elles sentent moyen la sincérité.

      Maintenant ouais, peut-être que je me plante complètement là dessus. Va savoir.

      Par contre – et c’est aussi pour ça que je suis aussi intransigeante vis à vis de ce mec et de ce groupe – je vois dans mon travail auprès d’ados à quel point les propos homophobes de Sexion ont impacté sur les jeunes. Vraiment.

      Et, ouais, je fais une grosse différence entre un artiste qui fait une blagounette homophobe ou qui utilise PD comme insulte, et le fait de dire « On assume notre homophobie ».

      Autant je peux totalement croire à la maladresse, au « on n’a pas réfléchi » face à de l’humour homophobe ou à l’utilisation d’une insulte homophobe hors de son contexte…

      Autant j’ai vraiment bcp de mal à croire à des trucs comme « Je savais même pas ce que voulait dire homophobie », sincèrement…

      J'aime

      1. Personnellement je rencontre tous les jours des gens qui ne savent pas ce qu’est le racisme, ou qui pensent le savoir (concernés ou non). Donc cela ne me surprendrait même pas.

        Ça ne change pas le fait que votre article manque cruellement de sérieux.
        Vous n’y mentionnez pas ce mea culpa de SA (qui date), et on ne peut pas sérieusement se pencher sur un sujet tout en omettant des faits parce qu’on pense qu’ils ne sont pas le fait d’une honnêteté intellectuelle.

        Je ne comprends d’ailleurs pas ce que font les militants intersectionnels que vous dépeignez dans cette hisoire comme défenseur de l’homophobie de Black M.
        Je pense que vous ne maîtrisez pas le concept de l’intersectionnalité et devriez approfondir vos connaissances avant de vous lancer dans ce genre de réflexion. Parce qu’on est en plein contre-sens politique là.

        Aimé par 1 personne

  3. Bonjour Laurence !
    Par acquit de conscience, je te signale que j’ai partagé ton article sur le groupe des Paupiettes avec ce commentaire.

    « Qu’est-ce qu’un-e mauvais-e allié-e ? Étude de cas (lien dans les commentaires).
    – c’est définir qui a le droit d’être soutenu face à une oppression que l’on ne vit pas
    – c’est faire du derailling, du derailling et encore du derailling sous le prétexte de la nuance
    – c’est opposer une énième fois l’homophobie au racisme, sans mentionner toutes les personnes qui vivent en même temps ces deux oppressions
    – c’est ignorer les multiples discussions sur l’homophobie de Black M parmi les différentes personnes réunies sous l’étiquette « militants intersectionnels »
    – c’est regrouper tous ces gens sous une seule étiquette pour cracher sur leur militantisme quand on n’est pas concerné, tout en prétextant être dans la « nuance »
    – c’est ignorer que de nombreuses personnes ne se revendiquent pas intersectionnels parce que c’est un terme spécifiquement lié aux oppressions croisées de classe, de race et de genre
    – c’est penser que l’on va dire autre chose que de la merde sur une affaire de racisme quand on est blanc-he comme un cul
    Il faut vraiment arrêter de partager et d’applaudir les articles de cette personne qui ramène constamment sa fraise pour apporter de la « nuance » sur des questions qui ne la concernent pas, et surtout sur le racisme. C’est juste une sale sale qui est vexée d’avoir été call-out de très nombreuses fois pour son derailling et son discours « not all », et d’avoir été expulsée de pas mal de lieux militants anti-racistes. »

    J'aime

    1. Et par acquis de conscience, je valide ton commentaire, que j’aurais tout aussi bien pu ne pas le valider.

      Maintenant, dégueulez bien sur mon dos, si ca peut vous éclater 🙂

      Et surtout, n’oubliez pas de citer que je parle de « racisme anti-italien », et que je suis antisémite, et aussi grossophobe et transphobe.

      Surtout n’oubliez rien hein 🙂

      Allez, amusez vous bien. Sincèrement.

      🙂

      J'aime

      1. Tu comprends bien Laurence, que rien n’arrête (absolument) rien ta propension à la mauvaise foi. Tu es capable d’offrir de la nuance aux pires des gens sous prétexte qu’on peut essayer de les comprendre et de se mettre à leur place quand même/ Mais quand il s’agit de gens qui t’ont pointé ton caca, fi de la nuance et de l’attitude compréhensive et condescendante.

        C’est beau, c’est bon, c’est bien, ça se mange sans pain.

        Aimé par 1 personne

      2. Non mais je me prononce juste sur ce que tu nous montres ici. Et ça n’amuse personne que tu sois autant relayée dans des groupes « militants » alors que tu utilises tous les articles que tu peux pour cracher sur des militants, à cause de tes mauvaises expériences avec quelques unes. On n’a même pas besoin de sortir des vieux dossiers pour te pourrir, juste à montrer ce que tu écris sur ton blog.
        Perso je trouve très stressant d’être encore confrontée aux conneries que tu écris. Si je t’ai bloquée partout où je peux c’est pas pour rien. Et je ne suis même pas racisée, c’est juste que le boulot d’allié c’est aussi de dénoncer ce genre de choses quand cela commence à prendre de la place sur la dénonciation du racisme lui-même, et quand cela attaque le féminisme intersectionnel lui-même.

        Aimé par 1 personne

  4. Sincèrement, je trouve cet article étonnamment malhonnête.
    D’abord parce que le « tabou de l’homophobie de black M », c’est bien un truc que je n’ai pas vu une seconde. Toutes les personnes que j’ai vu en parler rappelaient cette histoire, et donnaient un positionnement clair sur le sujet.
    Ensuite, parce que ce blog parle très régulièrement de bienveillance, et que là, ça va très loin dans le sens inverse quand même. Le mec voit mettre dans la balance des mots datant d’il y a des années et qu’il n’a pas personnellement prononcé (même si je ne doute malheureusement pas qu’il ait un large fond homophobe, comme la plupart de la population, à fortiori dans des milieux où la « virilité » est hyper-valorisée). On parle pas d’un Bertrant Cantat ou d’un Joey Starr là. J’veux dire, je trouve ça chaud, et assez étrange au regard des multiples appels à la bienveillance qu’on peut trouver sur ce blog, ce soudain appel à l’intransigeance. Le nombre de personnes à avoir prononcé de la merde homophobe au cours de leur vie, c’est bcp. Presque tout le monde, en fait. Y a pas de rédemption ? Je comprends quand ça concerne des actes de violence, quand les propos sont très récents, ou s’il n’y a eu aucune excuse, mais là…. On pardonne pas, jamais, et on considère légitime de voir leur boulot saboté, de les voir exclu.e.s de toute scène publique ?
    Et finalement, j’avoue, je le ressens comme si cet article s’inscrivait pas mal dans une dynamique de règlement de compte. Je veux dire, cette histoire est super récente (avant-hier?), ya encore aucun recul sur les réactions qu’il y a eu, qu’il y aura, qu’il pourrait y avoir. Et pourtant, déjà un article pour dénoncer la réaction de militant.e.s (Et honnêtement, je trouve cette dénonciation super bizarre. On dirait un vrai déni de la capacité des autres que soi à avoir une opinion nuancée sur le sujet.)
    Bref, je déteste les conflits intra-militant.e.s, je les fuis comme la peste, j’ai appris à reconnaitre le malaise qui apparait dans ces moments, et ce malaise est clairement présent à la lecture de cet article…

    Aimé par 1 personne

    1. Règlement de compte, pas vraiment.
      Ou plutot vraiment pas.

      Par contre, il est vrai que la soudaine indulgence envers Black M de la part de même personnes qui brillent la majorité du temps par leur absence d’indulgence me questionne. C’est vrai.
      Je trouve étonnant – et dérangeant – que Black M dont le collectif (Sexion, donc) a eu une prise de position claire et assumée sur l’homophobie (« 100% homophobes… ») ait subitement droit à une indulgence que des personnes militantes, des alliés, des personnes engagées se voient refusée pour des maladresses et des idées lancées de manière trop hâtives.
      C’est vrai.

      J’ai – c’est vrai – un certain manque de tolérance vis à vis du fait que le racisme soit placé de manière très régulière comme « l’oppression suprême », plus grave que d’autres.

      Parce que certes – et je ne l’ai en rien remis en question dans cet article – Black M a subi là une attaque raciste en bonne et due forme. Et C’EST à dénoncer.

      Mais outre le fait d’être une personne racisée, c’est :
      – Un mec.
      – Cis.
      – Hétéro (et homophobe. Ouais, je ne crois tjs pas aux excuses venues sous la menace d’annulation de concert, je regrette).
      – Pété de thune et bénéficiant d’une notoriété et d’une visibilité largement supérieure à la moyenne.

      En faire une sorte d’icône de l’opprimé à défendre me laisse je dois bien avouer hautement perplexe.

      J’avoue l’avoir amère de voir des personnes militantes partager avec émotion son témoignage sur le fait qu’il est petit fils de tirailleur sénégalais.

      Je n’aurais en rien été choquée d’un « c’est un gros merdeux mais ca ne justifie en rien les procédés racistes ».

      Mais les commentaires dithyrambiques sur son grand père, ses origines, toussa…. Ouais, j’avoue que je les ai en travers…
      Surtout venant de personnes qui hurlent à la mort quand on partage un article d’une personne concernée par [x problématique] si elle a eu le malheur de dire quelque chose de maladroit sur un autre sujet (ou sur le même par le passé…).

      L’indulgence envers ce mec, pété de thune, aux paroles régulièrement très discutables, aux prises de positions passées VRAIMENT très discutables, en comparaison, me laisse un sale malaise.
      Que j’ai exprimé dans cet article. Ouais.

      J'aime

  5. Pour avoir lu beaucoup de réactions de militants intersectionnels dont tu dis parler dans ton article, sur FB et Tweeter, j’ai pas du tout eu l’impression qu’il y a eu une indulgence par rapport aux propos homophobes tenus par le groupe de rap SA auquel appartient BlackM, justement, ni une moindre conscience de son style musical, ses choix de featuring, son statut social privilégié, etc. Beaucoup d’entre eux/elles sont même au fond, plus ou moins fatigués de devoir défendre un artiste qu’ils/elles apprécient pas spécialement en fait, voire pas du tout (que ce soit musicalement ou autre). Mais comment tu peux le savoir si tu ne retiens de tes lectures que ce qui t’aranges et si tu caricatures leur propos et leur positions ? Tu ne sais sûrement pas visiblement que beaucoup de militants racisés intersectionnels sont queers, en fait, et ça, pour l’être moi-même, c’est personnellement une position que je n’envie pas spécialement dans les milieux militants où on évolue, du tout. C’est bien plus simple d’être queer et blanc quand on milite. Car on ne risque pas alors de se retrouver dans ce genre de situation où une militante queer mais blanche se permet de faire la leçon à des militants racisés – dont beaucoup sont queers aussi –
    sur un sujet dont manifestement, elle ne maîtrise pas la complexité et la fragilité. Merci pour ce moment.

    J'aime

  6. bon soyans clair je ne connais pas l’oeuvre de Black M pour la raisons que je n’écoute que rarement les trucs à la mode et de surcrois les trucs artificiels pour faire du fric

    donc du coup je me fie au peu que je connaisse de lui (en gros cet article et 2/3 bribes qui passent en ce moment)

    d’un coté donc un mec noir ayant des ancètres qui ont bataillés à verdun
    ce mec est un chanteur, quoi que carrière un peu artificielle…
    ce mec a eu des propos homophobes il y a des années, les a assumés puis s’est rétracté (quoi que ces excuses soient potentiellement elles aussi artificielles)

    la « fachosphère » qui potentiellement ne supporte pas qu’un black puisse chanter sur le champs de bataille de verdun, haut lieu des symboles de la première guerre mondiale
    qui ressortent les vieux dossiers pour l’évincer

    c’est quoi le but de cette commémoration franchement? se taper la gueule sur des trucs qui n’ont aucun rapport ou célébrer les morts, de toutes nationalités qui sont mort là bas? nan parce que franchement les gens qu’étais là ba ils en avaient rien à fouttre que le voisin soit noir, blanc, violet, qu’ils soient à coté d’un LGBT ou d’un homophobe, le but c’était de se battre ensemble pour son pays et de faire au moins semblant de survivre

    après d’une façon ou d’une autre je ne cautionne pas le rascisme, ou l’homophobie… juste que dans ce contexte ça n’a rien à voir, on confond tout!

    J'aime

  7. Ce qui m’hallucine dans cette histoire c’est que la misogynie de Black M soit un impensé total même chez les féministes, aussi bien chez les féministes intersectionelles que chez les féministes blanches.

    Black M a peut être fait des pseudo excuses à la Sapin pour son homophobie mais il n’en a fait aucune pour sa misogynie, sa grossophobie, son slutshaming.

    Les chansons de Black M alimentant la misogynie dans des milieux deja bien toxique de virilisme. Sur le forum du cinéma est polique il y a un sujet sur une chanson abjecte de Black M et on peu régulièrement lire les commentaires des fans de ce chanteur et mesuré à quel point son publique n’a pas besoin qu’on alimente sa haine pour les femmes ; http://www.lecinemaestpolitique.fr/forums/topic/pourquoi-la-chanson-je-ne-dirai-rien-de-black-m-est-repugnante/

    En tout cas si il y a bataille entre les militant·e·s contre le racisme et contre l’homophobie (dont les lesbiennes sont exclus aussi) pour savoir qui est le plus important et urgent à traité, c’est claire que les femmes racisées ou pas, homosexuelles ou pas, tout le monde s’en tamponne copieusement le bourrichon.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s