[Suicide de Benoît Violier] Non, le suicide c’est pas que pour les « loosers »

Dans mon petit coin de Suisse, une nouvelle fait depuis ce WE la une des journeaux.
Le Chef Benoît Violier, chef prestigieux, étoilé, d’un non moins prestigieux restaurant de la région lausannoise a mis fin à ses jours dimanche.

Benoît Violier

Si la stupeur à l’annonce d’un suicide, à plus forte raison chez une personne qui n’avait manifestement pas donné de signes de détresse avant son passage à l’acte, est on ne peut plus compréhensible…

Je commence à tiquer sur les nombreux articles, témoignages et autres… allant tous dans le sens de « Il avait le succès, le prestige, l’argent, une famille, son acte est incompréhensible ».

Cela renvoie à une idée – fausse – au sujet du suicide (et des troubles psy de manière générale) : La maladie psy ou le suicide, c’est pour les gens qui ont tout foiré dans leur vie.

Cette idée, ultra répandue dans la société, est une des bouses psychophobes dangereuses qui est bien ancrée dans les esprits…

« Dangereuse », parce qu’elle ne fait que rendre plus difficile la demande d’aide. Pour tout le monde.
Si effectivement tu as « raté ta vie » (selon les critères de la société, hein. Il n’y a pas de « vie ratée », objectivement. Mais bref, si tu n’as pas un taf bien payé, un couple heureux, des enfants, un monospace et un labrador…), le fait d’aller demander de l’aide à un psy, c’est, dans ce contexte-là, la confirmation que « tu es un looser ».
Si tout te réussit dans la vie (toujours selon les critères de la société, hein), tu n’es pas légitime (aux yeux des gens, et éventuellement à tes propres yeux) à aller demander de l’aide. C’est vrai quoi, « tout va bien, tu n’as qu’à prendre sur toi ».

Dans un cas comme dans l’autre, la représentation des troubles psy comme étant synonyme à « échec dans la vie », elle empêche de demander facilement de l’aide.

Pourtant… S’il est vrai que la précarité financière, l’isolement social, et toutes sortes de facteurs sociaux peuvent fragiliser une personne et la rendre plus à risque d’avoir à affronter une maladie psychique… Ca n’est de loin pas le seul facteur.
Et – paradoxalement – une grande réussite sociale peut aussi être un facteur de risque, avec la pression qu’elle implique, avec l’obligation constante d’excellence, avec l’épuisement professionnel aussi.

Et, au delà de ça, une maladie psychique peut également survenir « quand tout va bien ».
Que ça soit la dépression ou une autre maladie, d’ailleurs : il faut garder en tête que la dépression n’est pas la seule maladie psychique à pouvoir amener une personne à un passage à l’acte suicidaire.

La maladie psychique est avant tout une maladie. Et comme beaucoup d’autres maladies, elle est multifactorielle : l’hérédité peut y jouer un rôle, les facteurs sociaux, des facteurs organiques également (pas mal de maladies somatiques ayant une influence directe sur le psychisme).
On peut très rarement dire « telle personne est en dépression / psychotique / borderline / whatever parce que [insérer ici une cause unique] ». Il peut y avoir un déclencheur flagrant, comme il peut ne pas y en avoir. Mais même quand il y a un déclencheur flagrant, il n’est pas pour autant forcément LA cause directe et unique.

En transposant le regard que la société a sur le suicide à d’autres maladies, on remarque vite l’incohérence du truc :

« Il est mort d’un cancer. Pourtant, je ne comprends pas… Il avait tout, un boulot bien payé, une famille, un monospace, un labrador ».

Ca pique les yeux, n’est ce pas ?
Pourtant, pas grand monde s’étonne et prend conscience de l’absurdité de la même phrase, quand on remplace « cancer » par « suicide ».
Parce que la maladie psychique n’est pas perçue comme « une vraie maladie ».

Et ce cliché, cette non reconnaissance de la maladie psychique comme étant une maladie à part entière, il tue.
Par suicide.
(Vous le voyez bien, le cercle vicieux, là ?)

(Un article du journal « Le Temps » évoque aussi cette idée fausse qui associe le suicide et l’échec. Lien )

Des fois que cet article arrive jusqu’à eux…
Toutes mes condoléances aux proches de Benoît Violier.

Publicités

8 réflexions sur “[Suicide de Benoît Violier] Non, le suicide c’est pas que pour les « loosers »

  1. Surtout que ce n’est pas le premier du métier à s’être suicider. François Vatel se serait suicidé en 1671 parce que la livraison de la pêche du jour avait du retard. Loin d’être un loser, il était responsable de banquets aussi fastueux qu’extravagants auprès de la royauté française. Personne n’a invoqué alors le fait qu’il avait des problèmes psys, ce qui aurait été un anachronisme de surcroît.

    Beaucoup plus près de nous, Bernard Loiseau s’est donné la mort en 2003 avec son fusil de chasse. Sa veuve explique 10 ans après comment, là encore, les médias se sont emparés de l’affaire pour diffuser une vérité qui n’est pas celle qu’elle avait vécue.

    L’article est à lire ici : http://www.lepoint.fr/gastronomie/exclusif-dominique-loiseau-les-vraies-raisons-du-suicide-de-mon-mari-07-03-2013-1637073_82.php

    Je pense que, pour certaines personnes, le suicide est un acte impensable, inexplicable et inexcusable, et que c’est probablement un triple mensonge. Que cela soit difficilement tolérable car ça nous amène à réfléchir sur notre existence, soit. Mais il faut aller au-delà de cette réaction épidermique.

    Quoi qu’il en soit, cuisinier est un métier terriblement difficile avec des contraintes et des pressions de toutes parts, comme tout emploi dans la restauration.

    Cela ne comble pas le vide que peuvent ressentir tous les proches de Benoît Violier, ainsi que les habituées de l’établissement et ses confrères.

    « Repose en paix » est une formule à respecter. Même pour les journalistes…

    J'aime

  2. Robin Williams aussi.. je serais d' »avis d’arrêter de dire que les suicidés sont des malades psychiques… car en réalité c’est le mensonge des autres et le cercle vicieux ( manipulateur etc) le mensonge ou le mal qui fait le déni… les autres qui n’ont pas vu, qui n’ont pas voulu voir, qui ne faisaient pas attention… l’autre doit être parfait…. il a toujours été fort et il faut que cela continue, pression extérieure… et saturation.. et en plus quand on arrive à un certain niveau, on est seul.. ( pas moyen de parler à quelqu’un de confiance, pour parler de ces  » faiblesses »‘ les doutes, la fatigue ) etc… une fausse idée du Bonheur ! – c’est comme ceux qui pensent qu’avec des diplômes, les grandes études  » il a réussi » et pourtant sur le marché du travail, c’est petits boulots, vendre du pain en grande surface et mettre en rayons des marchandises… ah ben ..oui et quelques temps après on ramasse des pommes à l’autre bout du monde après avoir eu un master commercial et Bio chimie…. mal a dit donc mensonge est dans le mental des autres….ils se trompent… mais font mal à l’autre à exiger la perfection qu’ils n’ont pas chez eux… ces pervers… ah ces phrases bateaux et ces faux semblants de sensibilité..
    souffre et tais toi…..! est ce que cela nous fait souffrir ??? ben non le pervers, le manipulateur lui ne ressent rien, cela ne le rend pas malade car c’est lui le malade, la maladie ambulante… le contaminateur.. Plus on sert les autres, plus on nous enfonce…… dépresseur : rabaisseur, déprécier…. mais c’est bien connu… celui qui nous rabaisse, nous déprécie est celui qui n’est pas à la hauteur de nos chevilles… le petit qui cherche un marche pied pour se réhausser.. le poison mortel sur le temps… on ne le voit pas au départ, c’est comme le virus…mais très contagieux !

    J'aime

    1. Ouais enfin…

      Pour ce qui est de Benoît Violier, je n’ai aucune idée de s’il avait un diagnostic psy (apparemment pas, mais c’est tellement tabou qu’on peut aussi raisonnablement imaginer qu’il puisse être caché à la presse, hein. Voire qu’il ait pu le cacher à ses proches…).

      Par contre, pour ce qui est de Robin Williams, les sources sont assez unanimes sur le fait qu’il avait des troubles psychiques. Plusieurs hospitalisations psychiatriques, on ne le fait pas pour décorer.

      Sauf erreur de ma part, Robin Williams était bipolaire. Donc oui, c’est une vraie maladie…

      J'aime

      1. LE problème est d’identifier la personne aux émotions ou à la maladie… on est pas bi polaire mais souffre de bi polarité .. et ce monde qui veut toujours définir l’autre avec le tu tue – mental c’est pas la sensibilité ,les émotions.. et puis définir ah ben un séjour en psychiatrie fait preuve forcément que la personne a des troubles psy – les gens pensent …. et les j’en pense …. benoit viol lier … donc avec ce qui est violence – entre les mots et les maux, les addictions, les additions entre les vols………..les drogues….. la montée d’adrénaline et sa chute… toutes ces manipulations mentales et ce côté malsain… on écoute le pourri, les mensonges et on veut faire taire le bon…!!!! la queue pour le mensonge qui arrange et personne pour la vérité qui dérange ????

        J'aime

  3. Dalida idem.. succès beauté, argent …. ah mais le manque d’amour…. qu’est ce qui fait que les véritables valeurs sont autrement que le matériel… elle.. et bien d’autres…. oui quand on presse le citron et qu’on arrive aux pépins… se faire exploiter à fond et pas apprécier réellement pour soi mais pour ce que cela représente et le faire valoir des autres….. ah il est beau le monde sans sensibilité et sensiblerie exagérée…….. blabbla … le monde est triste ….! alors qu’il en avait rien à faire… et les proches… étaient ils aussi proches ???? quand on aime, il y a des signes qui ne trompent pas….

    J'aime

  4. la haine qui tue l’autre….. le meurtre parfait qui pousse au suicide… ah oui le monde pervers et perverti… vendre son âme au diable pour avoir autre chose en échange… on fait commerce de ci , on fait commère de çà …

    J'aime

  5. et pour Benoit Violier sa vie privée ne regarde pas le public… un deuil, de la souffrance et hop on voit déjà les charognards …… lui, comme les autres… quand il y a du public….tu appartiens à la société anonyme….. je le comprend qu’il ait eu envie de rendre son tablier !

    J'aime

  6. les émotions refoulées rendent malade mais sitôt qu’il y a émotion on veut les faire disparaître à coup de drogues…. t’es malade…. faut pas pleurer, faut pas crierrrrrrrrr, faut pas pleurer…. des larmes et c’est l’alarme ……c’est dépression si si c’est sale temps, il pleut dans mon coeur comme il pleut sur la vie. la ville ….. faudrait toujours du soleil jamais de nuage, jamais de pluie ……ahhh quand tu ressents …… c’est une menace ….. ! c’est la triste vérité… car des gens qui vont pas bien dans leur tête, avec une sale mentalité, qui ne comprennent rien …. sont les véritables dangers… socio pathie … les patibulaires… les pâtés tiques … LE MAL A DIT

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s