Elle s’appelait Shira. Elle n’avait même pas 17 ans

null

Je ne la connaissais pas, mais son sourire me hante depuis tout à l’heure, et mon bide est noué de larmes.

Je l’imagine, jeudi dernier, se préparant pour aller à la Pride de Jerusalem.
Je l’imagine souriante comme sur la photo, contente de partager ce moment avec tant d’autres personnes.
Je l’imagine défilant.

J’imagine sa terreur quand Yishai Schlissel, intégriste religieux et meurtrier homophobe, s’est rué dans le cortège avec un couteau et a poignardé 6 personnes, dont elle.
J’imagine ses 4 jours de lutte contre la mort.
J’imagine l’angoisse de sa famille veillant une gamine de 17 piges entre la vie et la mort.
J’imagine leur douleur, la douleur de ses amis aussi, alors que Shira a perdu son combat contre la mort.

Elle s’appelait Shira. Elle n’avait même pas encore 17 ans. L’âge d’avoir la vie devant elle, d’avoir des projets à la pelle.
L’âge d’avoir envie de se battre pour ses idéaux. L’âge d’être amoureuse. L’âge d’être lycéenne.

Elle s’appelait Shira.

Je ne suis pas hétéro. Je pourrais être à sa place. Parce que partout, chaque jour, l’homophobie tue.

Je suis triste.
Et je suis en colère. Tellement en colère.
En colère, parce que ce mec avait annoncé son acte, et que rien n’a été fait pour l’empêcher d’agir.
En colère, parce que la haine nourrie d’intégrisme religieux crache totalement sur le message d’amour transmis par les religions. Et que c’est toujours ces messages de haine qui sont retenus par les intégristes, jamais les textes parlant d’amour et de respect.
En colère, parce que toutes les personnes « qui sont homophobes mais qui ne feraient jamais ça » arment hypocritement la main des personnes qui sont suffisamment violentes pour passer à l’acte, avant de s’en laver soigneusement les mains. Elles se lavent les mains dans le sang des victimes. Rien de plus. Rien de moins.
En colère parce que des Shira, il y en a eu tellement d’autres, et il y en aura tellement d’autres encore. Pas seulement à Jerusalem. Partout dans le monde.
En colère parce que je sais que d’ici quelques jours, l’émotion sera retombée, et que plus grand monde en aura grand chose à foutre, de l’homophobie.

Repose en paix, Shira.

La lutte continue.

Publicités

Une réflexion sur “Elle s’appelait Shira. Elle n’avait même pas 17 ans

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s