Le militantisme internet, c’est pas pour de vrai ? Ah bon ?

4h du matin me semblant une heure tout à fait adéquate pour commencer à écrire un nouvel article, j’ai envie de partager avec vous ma cogitation du moment.

On entend souvent « des militant.es des vrai.es des vieux/vieilles de la vieille » ricaner du « militantisme internet », et tourner doucement en dérision le « militantisme internet ».

Pour pas mal de monde, ce qu’on fait quand on milite sur internet, dans des groupes de discussion sur Facebook, sur Twitter, sur des blogs tels que celui ci, ça n’est « pas pour de vrai ».

Comme si Internet était un sorte de bulle de non-réalité, déconnectée de « la vraie vie ».

Sortons un instant du militantisme, et regardons un autre usage d’internet : l’usage professionnel.

Viendrait-il à l’idée de ces même personnes, si leur chef.fe leur transmet une consigne par mail, si un.e client.e leur envoie une commande par un formulaire sur internet, de considérer que « ça n’est pas pour de vrai, parce que c’est sur Internet » ?
J’en doute un peu. Beaucoup. (Passionnément. A la folie. Hum… Non, faites pas gaffe, c’est 4h du matin…)

Non, sérieusement :

Internet fait partie intégrante du monde actuel. On l’utilise pour le boulot, pour les études, pour faire nos courses, pour payer nos factures, pour organiser nos vacances.
Mais s’agissant de militer, « Internet c’est pas pour de vrai » ?

Pourquoi ?

Militer, est-ce que ça se limite à défiler dans la rue avec une banderole ?

Internet est un outil précieux de transmission et d’analyse de l’information. D’ailleurs, les médias mainstream l’ont bien compris, et une bonne partie de l’information ne se lit plus sur papier, mais sur l’écran d’un ordinateur, d’une tablette ou d’un smartphone.

Si on applique la logique de « ça n’est pas pour de vrai », on doit donc en déduire que seul un journal papier est un vrai journal ?
Pas mal de journalistes seront « ravis » de l’apprendre, n’est ce pas ?

Outre le fait que, dans notre monde actuel, ça me parait un parfait non-sens vu l’importance d’internet de ne pas voir le militantisme sur la toile comme « vrai », il y a un autre truc qui me fait grincer des dents dans ce regard là :

Il est VRAIMENT excluant pour les personnes qui n’ont pas la possibilité de sortir dans la rue et de porter une banderole.
Parce que ça n’est pas aussi facile pour tout le monde de pouvoir le faire.

Si on habite dans un petit patelin où pas grand chose ne se passe, c’est plus compliqué que pour quelqu’un qui habite dans une grande ville.
Si on a un problème d’anxiété sociale ou d’agoraphobie (ou toute autre difficulté psy rendant compliquée la confrontation avec une foule), c’est plus compliqué que si on est en bonne santé psychique.
Si on est physiquement handicapé ou malade, c’est plus compliqué que si on est valide et en bonne santé.
Si on est fauché, c’est plus compliqué que si on a la thune de faire le déplacement pour aller à x ou y manif’.
Si on est en situation illégale et qu’un contrôle d’identité peut nous foutre gravement dans la merde, c’est plus compliqué que si on est en règle vis à vis des forces de l’ordre.
Si… Tout plein de choses.

Ainsi donc, il faudrait comprendre que toutes ces personnes, qui n’ont pas la possibilité de facilement descendre dans la rue, ne peuvent pas être des militant.es engagé.es à part entière, vu que « sur internet c’est pas pour de vrai » ?

Est-ce que c’est vraiment ce message-là qu’on veut faire passer, alors qu’on veut lutter pour « un monde meilleur » ?

Publicités

6 réflexions sur “Le militantisme internet, c’est pas pour de vrai ? Ah bon ?

  1. Totalement d’accord ! De toute façon, il n’y a pas « une » façon de militer, chacun.e fait ce qu’iel peut, à sa façon, et c’est justement comme ça qu’on pourra toucher le plus de monde !

    Je tiens à préciser que si il n’y avait pas eu de militantisme internet je n’aurai jamais pris conscience des mécanismes oppressifs, ni rejoint le milieu militant.
    Alors merci pour cet article ! =)

    J'aime

  2. Bonsoir Lau, je suis à la fois d’accord avec toi quand tu dis que le militantisme sur internet n’est pas moins noble qu’un autre militantisme et à la fois en désaccord plutôt profond parce que le militantisme sur internet (peu importe la cause) n’est pas exactement le même militantisme qu’en vrai.

    Premier point comme je t’ai dit je suis d’accord avec toi quand tu t’offusques qu’on puisse dire que militer sur internet est moins « vrai » que militer dans la « vie réelle ». Ton exemple des mails de nos boss que l’on ne traiterait pas si on allait au bout de la logique est particulièrement pertinent ! Nous faisons partie de la génération d’internet (enfin moi du haut de mes petits 22 ans peut-être plus que toi je n’en sais rien puisque je ne connais pas ton âge) et en conséquence, militer sur internet est naturel pour nous. Il ne faut pas s’étonner de trouver des gens pour dire « bah c’est nul de militer sur le net, c’est pas réel etc ». Des conservateurs et des passéistes y en a dans tous les domaines, donc pourquoi pas ici ?

    Là où je suis peut-être plus nuancé que toi (et je me situe entre les deux positions à vrai dire, moi aussi je peux être tiède ahah) c’est que les deux formes de militantismes ne sont pas les mêmes. Débattre sur internet, défendre des idées ça va se rapprocher d’un militantisme idéaliste si je puis dire parce que l’on agit pas réellement finalement (après le combat des idées est très importants hein je ne le renie pas). Militer dans la « vraie » (désolé j’ai pas trouvé d’autre mot d’où les guillemets) vie c’est tout de même différent (pas plus noble hein, juste différent). Et je pense que plutôt qu’opposer ces deux formes de militantismes il faut affirmer et réaffirmer que ces deux militantismes sont complémentaires: si on reste dans le simple combat des idées on ne changera rien dans le monde réel, inversement si on ne veut agir que dans le monde réel on sera un pompier de secours et les choses ne changeront jamais réellement parce que c’est aussi les idées et les pensées qu’il faut changer. Finalement Jaurès résume bien cette fausse opposition quand il dit que le courage c’est d’aller à l’idéal et de comprendre le réel.

    Pour illustrer mon propos je vais prendre un des sujets qui me tient à cœur et pour lequel je suis militant: l’égalité des chances. Alors évidemment qu’écrire des articles comme je le fais pour dénoncer l’hypocrisie et appeler à une réelle égalité est nécessaire. Mais ça n’est pas suffisant. Pour répondre à l’urgence de la situation je considère que mon militantisme passe aussi par intégrer des associations de soutien scolaire et d’ouverture culturelle.

    Voilà voilà désolé pour le pavé 🙂

    J'aime

    1. Je suis bien d’accord quant au fait que la « simple » confrontation d’idées ne suffit pas à faire bouger les choses « concrètement », hein.

      Mais même sur internet, il y a d’autres actions possibles, qui peuvent amener à un changement concret :
      L’exemple qui me vient en tête là tout de suite, c’est celui des pétitions.
      Je peux même te citer un exemple où une pétition, lancée par des internautes, a abouti à un changement réel.
      Tu as peut-être entendu (vu que si je me souviens bien de ce que j’ai lu sur ton blog tu es de Marseille), parler des Carnets de Santé du Conseil Général des Bouches du Rhône, dont la couverture a fait un tollé parce qu’elle dégoulinait de sexisme et de stigmatisation des personnes en surpoids ?
      (Si non, google « carnet de santé Bouches du Rhône », tu devrais sans difficultés trouver un article ou deux sur le sujet).

      Le Conseil Général des Bouches du Rhône a fini par retirer ces Carnets de Santé et en créer une édition avec une couverture plus neutre.

      Cette mobilisation, elle n’a pas eu lieu dans la rue. C’est une pétition lancée sur Internet qui a amené à ce changement. Pas de mobilisation dans la rue, pas de manifs. « Juste » Internet.

      On pourrait surement trouver tout plein d’exemples où le militantisme sur Internet a amené des changements concrets.

      Après, je suis bien d’accord avec toi : il y a une complémentarité entre le militantisme sur Internet et l’action dans la rue, dans des assos, tout ça.
      Mais c’est une complémentarité, deux choses qui se juxtaposent pour amener à des changements, et en aucun cas deux choses à opposer, à hiérarchiser.

      Aimé par 1 personne

  3. L’activisme sur le net existe, et doit exister. Pourquoi?
    Parce que le lynchage sur Internet existe. Et il faut contrecarrer ça.

    Une victime très triste de lynchage sur Internet, Rachel Bryk.
    Ce nom ne dit pas grand chose au pékin de base. Toutefois, c’était une personne transgenre qui a fait un travail énorme sur Dolphin, un émulateur pour la Gamecube, la Wii et la TriForce tournant sur Windows, OSX, Linux et Android.

    En HD. Ouaip.

    Rien que ça.

    Et certaines personnes courageusement anonymes l’ont attaquée sur le fait qu’elle était transgenre, lui disant de se suicider.

    Bon, un tweet ou deux ne font pas d’effet. Mais si vous multipliez ça par à peu près 1000, et le fait qu’elle avait des idées noires à cause d’une fibromyalgie, il y a de quoi craquer. Et craqué elle a. Comme beaucoup de personnes de la communauté transgenre, d’ailleurs, car, dans le monde d’opinions plurielles sur le net, il ne fait quand même pas bon d’être le clou qui dépasse.

    Mode de pensée archaïque, comme les trolls rétrogrades qui lui ont enjoint de se buter.

    Il y a d’autres points positifs à ce que certains vieux-jeu appellent péjorativement le slacktivisme, car ce n’est pas de la révolution sur le canapé.

    Mais le point principal est de réduire la nocivité de certaines idées, de cyber-ratonnades, d’éternelles nuits de cristal sur le net où des personnes, soit parce qu’elles sont extrêmement célèbres, soit parce qu’elles sont anonymes comme la salade d’endives que j’ai mangé hier (la preuve, je n’en ai pas mangé), se permettent de dire tout et n’importe quoi car elles n’ont pas à en assumer les conséquences.

    À lui seul, le militantisme internet ne résoudra pas tout. Et ce n’est parfois qu’un prélude pour une action de plus grande ampleur, comme si, pour aller à Stockholm, faut d’abord ouvrir la porte de son appartement.

    (Et oui, Lau, j’ai révisé mon opinion quant à ça… Y a que les cons qui ne changent pas d’avis, c’est ce que j’ai toujours dit)

    Aimé par 1 personne

  4. Je suis d’accord avec cet article. Moi-même, je fais partie des personnes qui veulent lutter contre les préjugés mais qui doivent le faire sur Internet, en partie à cause de mon âge. Mais j’ai quelques questions. Si on poste des articles sur son blog pour lutter contre les préjugés, alors sommes-nous forcément millitante ? Et si oui, cela veut dire qu’on peut le devenir à tout âge ?

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s