Pourquoi est-ce que « espèce de débile ! » n’est pas une insulte à utiliser tranquilou

Une discussion avec un contact sur Facebook m’a donné l’envie de vous casser un peu les pieds avec des insultes laaaargement rentrées dans le langage courant, à savoir les insultes utilisant le répertoire de vocabulaire du handicap ou de la maladie mentale.

« Débile », « triso », « taré, « mongol », « cinglé », « malade mental », « psycho », et j’en oublie surement une bonne pelletée.

J’en vois d’ici commencer à grogner dans leur barbe ou dans leur pas-barbe : « Ouais mais c’est des mots comme ça, quoi, j’insulterai jamais une personne handicapée, pis merde, on peut plus rien dire ou quoi ? »

Si, on peut dire plein de trucs, et dans l’absolu, je ne serai pas dans votre salon pour écouter si vous traitez vos potes de « débile », donc au final, vous faites ce que vous voulez de ce que je vais expliquer, hein ! J’suis pas flic, j’ai pas posé de micro chez vous, j’suis juste une nana qui écrit des trucs sur un blog et qui essaie de faire – un petit peu – réfléchir les gens.

Donc : pourquoi est-ce que c’est pas une bonne idée d’utiliser les maladies et les handicaps comme insultes ?

Les mots ont un poids qu’on ne soupçonne pas forcément dans la manière dont les gens construisent leur « grille de lecture du monde ».

Quand on utilise un terme nommant une maladie ou un handicap en guise d’insulte, non seulement on ne sait jamais ce que ça va aller toucher dans le vécu de la personne en face (j’ai déjà vu une gamine fondre en larmes en se faisant traiter de « débile », non pas parce que ça l’avait à ce point touchée de se faire insulter par son camarade, mais parce qu’elle avait une sœur avec un handicap mental, et que c’était du coup un sujet sensible pour elle).

Mais aussi (et c’est peut-être le plus grave sur le plan de la société, même si blesser quelqu’un sur un plan individuel, c’est déjà pas anodin), on contribue au regard vraiment dégueulasse que la société pose sur les personnes qui vivent avec un handicap mental ou une maladie psychique.

En effet, si « débile » est une insulte, donc ça veut dire que « être débile » (= avoir un handicap mental), c’est quelque chose de mal, de honteux, de dévalorisant.

Cette vision dévalorisée du handicap et de la maladie mentale, elle fait son petit bout de chemin à chaque fois que quelqu’un traite son pote (ou son pas-pote, d’ailleurs) de débile.

C’est insidieux, ça n’a l’air de rien, c’est juste une petite goutte d’eau en plus qui vient s’ajouter à toutes les petites gouttes d’eau.

Goutte d’eau après goutte d’eau, on amène dans l’esprit des gens un état d’esprit, un positionnement vis-à-vis du handicap ou de la maladie mentale qui est plein de dégoût, de peur, de préjugés, d’incompréhension et de rejet.

Goutte après goutte, on en arrive à ce qu’une école refuse d’intégrer un enfant avec un handicap.
On en arrive à ce que dans un bus, des gens changent de place quand ils se retrouvent assis à coté d’un « triso » (ou plus exactement d’une personne vivant avec une trisomie 21, handicap d’origine génétique, qui n’a DEFINITIVEMENT aucun risque d’être contagieux…).
On en arrive à ce que des parents qui ont un enfant qui vit avec un handicap soient petit à petit mis à l’écart par leur entourage, parce qu’on est mal à l’aise avec cette réalité.
On en arrive à ce qu’une personne avec une maladie psychique soit discriminée à l’embauche même si elle est parfaitement compétente.

On en arrive à toutes ces discriminations ordinaires, quotidiennes, presque « banales » tellement elles sont vues comme normales dans notre société.

Et oui, le langage, ce puissant outil de construction des représentations, il y joue un rôle.

Voilà pourquoi traiter Marine LePen de « tarée » ou votre pote de « triso », ça n’est définitivement pas anodin.

Savoir tout ça, ça ne va surement pas vous faire changer votre vocabulaire du jour au lendemain. Surement que ça vous arrivera encore de lâcher une insulte discriminante. Mais au moins, maintenant, vous êtes au courant de ce que vous faites quand vous traitez quelqu’un de débile. Et peut-être que ça vous donnera envie de changer ça.

Une personne qui arrête d’utiliser ces insultes là, c’est une petite goutte d’eau.
Une personne qui transmet l’information à son entourage, c’est une goutte d’eau un peu plus grosse.
Et à force de gouttes d’eau, on construit un changement…

Publicités

4 réflexions sur “Pourquoi est-ce que « espèce de débile ! » n’est pas une insulte à utiliser tranquilou

  1. Est-ce que « impoli » une insulte ?

    Est-ce que les personnes qui insultent d’autres, en traitenet de « malade mentale », peuvent être considérées comme impolies ?

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s