« Journal d’une anorexique boulimique, le combat d’un ange », par Cindy C.

NOTE IMPORTANTE :

Pour une raison obscure, Facebook refuse de partager correctement cet article.
Apparemment, c’est un problème qui arrive régulièrement avec des articles issus de WordPress, parfois Facebook en bloque le partage sans raison apparente. L’autre hypothèse est qu’un filtre particulièrement chatouilleux trouve qu’il y a trop d’occurrences de termes relatifs aux TCA dans cet article…
Du coup, si vous voulez le partager sur Facebook, vous aurez un message qui vous indique que le partage de ce lien n’est pas possible « parce qu’il comprend des contenus qui ont été signalés comme abusifs ».
Toutefois, vous pourrez quand même en partager le lien, mais il n’y aura pas d’aperçu, de vignette qui apparaitra.
Mais n’hésitez pas à le faire tout de même : promis, aucun lien dans cet article ne mène à un site pourri qui va coller 15 virus sur votre ordi !

—-

Un article un peu particulier…

Pas un de mes habituels coup de gueule, pas un grognement sur la société, pas tellement un truc revendicatif et militant…

Mais un hommage, et un besoin de faire connaitre un livre.

« Journal d’une anorexique boulimique, le combat d’un ange », son auteure n’en a jamais vu la publication.

Son auteure, Cindy, c’est une amie à moi.
Oui, c’est. Même si elle est morte depuis bientôt trois ans, je ne peux pas parler de notre amitié au passé, parce que c’est toujours là, c’est toujours présent, c’est toujours vivant pour moi.

Cindy, connue sur le net, devenue une amie IRL, avec qui j’ai passé des heures au téléphone, des heures à refaire le monde, des heures à s’entraider dans les coups durs.

Cindy. Bien plus que « une anorexique boulimique » pour moi.

Cindy, dont on a regardé la descente aux enfers sans rien arriver à faire pour l’enrayer.
Cindy avec qui ont avait prévu de manger une fondue au fromage « le jour où elle serait sortie de ses TCA ».
Cindy qui s’est donnée la mort le 19 octobre 2012 un peu avant 19h, laissant un cratère dans la vie des personnes qui l’aiment.

Après sa mort, ses parents se sont retrouvés face à une foule de « pourquoi » ?
Au travers de leurs échanges avec ses amis, ils ont appris l’existence des blogs tenus par Cindy. De ses textes sur des forums, aussi.
Ils ont aussi retrouvé, dans les affaires de Cindy, des bouts de cahiers, de journaux intimes, et l’ébauche d’un roman largement autobiographique qu’elle avait commencé à écrire et jamais pu terminer.

Ses textes, ses parents ont décidé de les sortir de l’anonymat d’internet, pour en faire un livre.
Pour que le message de Cindy soit entendu.
Pour que ses coups de gueule contre la psychiatrie déshumanisée et déshumanisante ne restent pas sans écho.

Cindy voulait aider. Faire bouger les choses.
Elle était étudiante en psycho, et voulait en faire son métier.
Cindy, au quotidien, elle était toujours là pour les autres, de son mieux, laissant ses propres difficultés de coté pour écouter et soutenir les personnes autour d’elle qui en avaient besoin.

Si ce livre peut aider ne serait-ce qu’une personne, ne serait-ce qu’une famille, ou, pourquoi pas, ne serait-ce qu’un professionnel à mieux comprendre… Alors un bout de ce que Cindy voulait faire de sa vie sera réalisé au travers de ce livre.

« Il y a des âmes errantes dans les couloirs, des espoirs cachés au creux des sillons tracés par les larmes. On a oublié nos identités au profit de matricule, un numéro personnifié. Les craquements des pas retentissent dans les couloirs déserts, refuge des perditions de corps inanimés. Mon corps a subi les affres de mes désastres, la bouffe a eu ma raison et ma gueule s’est refermée d’un coup de mâchoire fatal sur la vie. […]
Je garde cette immense rage contre le cortège médical qui pensait stupidement qu’en endormant les symptômes sous une panoplie de médicaments le problème serait réglé !
Je garde cette rage contre moi-même pour avoir eu la stupidité de tomber dans cette merde et de m’évertuer à continuer ! »

Cindy C. – « Journal d’une anorexique boulimique, le combat d’un ange »

Pour commander le livre sur le site des éditions L’Harmattan : c’est ici
Si vous avez envie d’aider à faire connaitre ce livre, vous pouvez faire tourner cet article, ou partager la page facebook que nous avons créé dans ce but.

Merci pour elle. Et merci pour ses parents.

Tu me manques, Cindy.

(et merci à Casdenor – http://casdenor.fr/index.php d’avoir réécrit cet article sur son blog, pour m’aider à le partager plus facilement sur FB malgré le filtre à la *#/`^@ qui décrète que mon article comprend des contenus inadéquats)

Publicités

Lau’ : diminutif d’une non binarité

Petit stress au moment d’écrire cet article, parce que je sais que des personnes de mon entourage, absolument rien à voir avec le « milieu militant » suivent ce blog.
Et que cet article va donc, pour eux, avoir des petits airs de coming out.

Lau’.
Depuis que je traine sur internet, ce diminutif me colle aux basques.
Je ne sais même plus si c’est moi qui l’ai initié, ou si c’est quelqu’un qui me l’a attribué.
J’ai toujours aimé ce diminutif.

Lau’. Impossible à trancher, en lisant ce diminutif : Laurence, ou Laurent ?

Et cette impossibilité de trancher au premier coup d’oeil entre le féminin et le masculin, elle fait écho à ce que je trimballe en moi depuis toujours.

Je me souviens. J’avais une douzaine d’année, j’étais en train d’acheter des fringues avec ma mère. A l’époque, hors de question de me faire porter une jupe, une robe ou whatever : je me sentais déguisée, berk !

Donc, je trainais comme d’hab’ au rayon mec, essayant une de mes habituelles chemises à carreaux. Ma mère trouve une chemise, me la montre.

– « Non, pas celle là, elle fait fille ».
– « Euh, Laurence, tu ES une fille ».
– « … »

Avec le temps, j’ai aussi apprivoisé ma féminité. Je ne me sens plus déguisée en jupe ou en robe. Mais je ne me sens définitivement pas déguisée non plus en chemise à carreaux.

D’aussi loin que je me souvienne, même avant cette histoire de chemise, il y a toujours eu ce « truc là », en moi. Petite, on me prenait constamment pour un garçon, et ça ne m’a jamais dérangée.

Mon père en était ravi, d’ailleurs : il voulait désespérément un fils (il avait eu deux filles d’un premier mariage avant ma naissance, il espérait que je serai un mec, la légende raconte qu’il a passablement tiré la gueule à ma naissance en découvrant que j’avais un vagin et pas un pénis).
Il m’a toujours élevée « comme un mec ». Fait partager ses loisirs « de mec ». Défendu face à ma mère quand elle voulait me faire m’habiller « en fille » et que je n’en avais aucune envie. Transmis le droit à me faire entendre, à gueuler, à ne pas me soumettre, à me battre : « Si on t’emmerde, cogne. Personne n’a le droit de te faire du mal ».
Assez loin des stéréotypes d’une éducation « féminine », donc.

Gamine, « Lady Oscar » était mon personnage de dessin animé préféré. Gare à la personne qui tentait de me faire rater un épisode. Cette personne née fille et élevée comme un mec, elle m’était curieusement familière, et incroyablement sympathique.

A l’heure actuelle, mon look peut aller de « féminin » à « très masculin », voire être un combo des deux (à l’instant où j’écris, je porte une jupe et un t-shirt de mec, le tout avec des chaussures de mec – mais ça c’est pas forcément un choix, je chausse du 45, enjoy pour trouver des chaussures « féminines », même mon corps a décidé de jouer le jeu de ma non-binarité). Carrée d’épaule, ça arrive régulièrement qu’on me genre au masculin : « Bonjour Monsieur ». Ca me fait plaisir. Tout comme ça me fait plaisir quand on me genre au féminin. Les deux sont vrais. Les deux font appel à quelque chose qui existe en moi.

Avant de mettre les pieds dans le « milieu militant », je n’avais aucune fichtre idée du fait que le terme « non-binarité » existait. Je n’avais même aucune fichtre idée du fait que je n’étais pas la seule personne avec ce rapport là avec mon genre.

Je n’en ai jamais vraiment eu honte, mais je n’en ai jamais vraiment parlé non plus : la flemme d’expliquer, de tenter de définir ce que je ressentais, qui était très clair pour moi, mais très compliqué à traduire avec des mots.

Et puis deux ami.es ont fait leur coming out en tant que personnes trans*, ça m’a amenée à mettre le nez dans tout ce schmilblik autour des questions de genre.
Et puis j’ai mis les pieds sur un premier groupe féministe sur Facebook, et pour la première fois j’ai entendu le terme « non-binaire », et, sans dire que ça a été une illumination dans ma vie, mais ça a été un « Oh, c’était donc ça… »

(Vous pouvez remarquer que je me genre au féminin quand j’écris. Si un neutre existait « réellement » dans la langue française, je veux dire, aussi en dehors des milieux militants, j’utiliserais le neutre.
Mais je suis consciente que, à l’heure actuelle, « Iel » et toutes ses variations ne sont utilisés que dans le milieu militant, et que demander, j’sais pas, par exemple à mon employeur et mes collègues de travail d’utiliser ce neutre me vaudrait de passer pour une parfaite illuminée.
Et je n’ai pas envie d’avoir une « double manière d’écrire et de parler », selon que je sois dans le milieu militant ou avec des personnes non averties. Donc je me genre au féminin.
Par contre, je suis carrément à l’aise avec le fait qu’on me genre au féminin, au masculin ou au neutre. Les trois font écho avec des choses qui existent en moi, donc les trois me vont).

On m’a demandé une fois si je pensais que l’éducation « masculine » de mon père, et l’éducation « féminine » de ma mère, étaient à l’origine de ce « double genre ».
Honnêtement, je n’en ai aucune idée. Est-ce que ça a toujours été en moi, ou est-ce que cette attente de mon père d’avoir un fils a eu un rôle là dedans ? Honnêtement je m’en fous. Totalement.
Et la question me parait même un peu étrange :
Est-ce qu’on demande à une personne qui se sent pleinement en accord avec son genre assigné si elle pense que l’éducation de ses parents est la cause du fait qu’elle se sente en accord ?
Non hein ?
Alors pourquoi me le demander à moi, tiens ?

Le militantisme internet, c’est pas pour de vrai ? Ah bon ?

4h du matin me semblant une heure tout à fait adéquate pour commencer à écrire un nouvel article, j’ai envie de partager avec vous ma cogitation du moment.

On entend souvent « des militant.es des vrai.es des vieux/vieilles de la vieille » ricaner du « militantisme internet », et tourner doucement en dérision le « militantisme internet ».

Pour pas mal de monde, ce qu’on fait quand on milite sur internet, dans des groupes de discussion sur Facebook, sur Twitter, sur des blogs tels que celui ci, ça n’est « pas pour de vrai ».

Comme si Internet était un sorte de bulle de non-réalité, déconnectée de « la vraie vie ».

Sortons un instant du militantisme, et regardons un autre usage d’internet : l’usage professionnel.

Viendrait-il à l’idée de ces même personnes, si leur chef.fe leur transmet une consigne par mail, si un.e client.e leur envoie une commande par un formulaire sur internet, de considérer que « ça n’est pas pour de vrai, parce que c’est sur Internet » ?
J’en doute un peu. Beaucoup. (Passionnément. A la folie. Hum… Non, faites pas gaffe, c’est 4h du matin…)

Non, sérieusement :

Internet fait partie intégrante du monde actuel. On l’utilise pour le boulot, pour les études, pour faire nos courses, pour payer nos factures, pour organiser nos vacances.
Mais s’agissant de militer, « Internet c’est pas pour de vrai » ?

Pourquoi ?

Militer, est-ce que ça se limite à défiler dans la rue avec une banderole ?

Internet est un outil précieux de transmission et d’analyse de l’information. D’ailleurs, les médias mainstream l’ont bien compris, et une bonne partie de l’information ne se lit plus sur papier, mais sur l’écran d’un ordinateur, d’une tablette ou d’un smartphone.

Si on applique la logique de « ça n’est pas pour de vrai », on doit donc en déduire que seul un journal papier est un vrai journal ?
Pas mal de journalistes seront « ravis » de l’apprendre, n’est ce pas ?

Outre le fait que, dans notre monde actuel, ça me parait un parfait non-sens vu l’importance d’internet de ne pas voir le militantisme sur la toile comme « vrai », il y a un autre truc qui me fait grincer des dents dans ce regard là :

Il est VRAIMENT excluant pour les personnes qui n’ont pas la possibilité de sortir dans la rue et de porter une banderole.
Parce que ça n’est pas aussi facile pour tout le monde de pouvoir le faire.

Si on habite dans un petit patelin où pas grand chose ne se passe, c’est plus compliqué que pour quelqu’un qui habite dans une grande ville.
Si on a un problème d’anxiété sociale ou d’agoraphobie (ou toute autre difficulté psy rendant compliquée la confrontation avec une foule), c’est plus compliqué que si on est en bonne santé psychique.
Si on est physiquement handicapé ou malade, c’est plus compliqué que si on est valide et en bonne santé.
Si on est fauché, c’est plus compliqué que si on a la thune de faire le déplacement pour aller à x ou y manif’.
Si on est en situation illégale et qu’un contrôle d’identité peut nous foutre gravement dans la merde, c’est plus compliqué que si on est en règle vis à vis des forces de l’ordre.
Si… Tout plein de choses.

Ainsi donc, il faudrait comprendre que toutes ces personnes, qui n’ont pas la possibilité de facilement descendre dans la rue, ne peuvent pas être des militant.es engagé.es à part entière, vu que « sur internet c’est pas pour de vrai » ?

Est-ce que c’est vraiment ce message-là qu’on veut faire passer, alors qu’on veut lutter pour « un monde meilleur » ?

[Traduction] 31 secrets de personnes vivant avec des troubles anxieux

(Note : je maitrise plutôt correctement l’anglais, mais je ne suis ni bilingue ni traductrice professionnelle. Donc il est possible que je laisse passer des fautes de traduction, si vous en repérez n’hésitez pas à me les signaler en commentaire, je ferai les modifications nécessaires)

Ayant personnellement connu les « joies » des crises d’angoisse, ce sujet me tient à coeur. Il est souvent difficile de faire comprendre à une personne qui n’a jamais vécu une crise d’angoisse ce qu’on peut ressentir à ce moment là, et qu’on ne peut pas « simplement » se calmer sur commande, en claquant des doigts.

Cet article est un recueil de 31 phrases que des personnes vivant avec des troubles anxieux ont envie de partager, de faire entendre, pour combattre la stigmatisation autour de ces troubles invisibles et souvent mal compris et minimisés.

Traduction de l’article « 31 Secrets of People Who Live With Anxiety ». Le site « The Mighty » est un site anglophone regroupant des articles au sujet du handicap (physique, mental et psychique), ainsi que de la santé mentale.

Les troubles anxieux sont la forme la plus répandue de maladie psychique aux États-Unis, d’après l’Association Américaine des Troubles Anxieux et de la Dépression. Cette maladie affecte 40 millions de personnes aux États-Unis. Cela représente 18% de la population des États-Unis.

Malgré cela, les personnes affectées par les troubles anxieux vivent encore avec une stigmatisation qui est souvent liée aux maladies invisibles. Nous avons donc demandé à nos lecteurs.trices vivant avec des troubles anxieux ce qu’ils voudraient que le monde puisse comprendre à ce sujet. Voilà ce qu’ils ont à dire.

1. « Je réalise que les choses qui m’angoissent sont ridicules. Malgré ça, je ne peux pas simplement arrêter. » – Erika Strojny Myers

2. « Je peux donner l’impression de ne rien faire, mais dans ma tête, je suis très occupée. » – Diane Kim

3. « Je ne sais pas toujours pourquoi je suis angoissée. » – Teri-Marie Harrison

4. « C’est paralysant. » – Marlene Pickering

5. « Je ne deviens pas simplement « nerveux ». Bon dieu, la moitié du temps, je ne suis même pas nerveux quand j’ai une crise de panique. Parfois, je ne peux identifier aucune raison à la crise de panique. Quand je suis anxieux et nerveux, je reconnais qu’une partie de tout ça est irrationnelle, mais je ne peux pas juste m’en débarrasser comme ça. Mon esprit et mon corps ne coopèrent pas avec ma raison. » – Alex Wickham

6. « Je ne suis pas ridicule ou théâtrale » – Melissa Kapuszcak

7. « On n’a pas besoin qu’on nous regarde comme si nous étions fous. On a besoin que quelqu’un soit compatissant. » – Kristen Cunningham

8. « Je ne veux pas me sentir comme ça. » – Jenny Genoway

9. « Après une journée chargée, surtout après avoir été dans la foule ou avoir eu affaire directement à beaucoup de monde, j’ai une « gueule de bois des gens » le lendemain. J’ai besoin de moments de solitude pour récupérer toute l’énergie dépensée. Je dois me reposer et remettre mon esprit à zéro. Si je ne le fais pas, je suis épuisée, submergée et irritable. » – Lisa Shuey

10. « Il est tout à fait possible de souffrir d’anxiété sociale et d’être une personne extravertie. » – May Daonna

11. « On ne peux pas juste arrêter de s’inquiéter. Il n’y a pas de bouton on/off. » – Kim Derrick-Bené

12. « Même si on a l’air d’aller bien en apparence, notre anxiété fait des ravages à l’intérieur ». – Cynthia Adams McGrath

13. « Je suis attaquée par quelque chose à quoi je ne peux pas échapper. » – Sherri Paricio Bornhoft

14. « Peu importe à quel point ça peut avoir l’air irrationnel, c’est vrai pour moi. » – Lorri Smith

15. « Dire « ça va aller » n’aide pas. » – Thea Baker

16. « Ca n’est pas un choix. Tu ne choisis pas l’anxiété, c’est l’anxiété qui te choisit. » – Patricia Lynn

17. « C’est parfois tellement épuisant et ça empêche tellement de se concentrer que je peux oublier des choses ou ne pas être productive. Mais ça n’est pas que je ne réfléchis pas, que je suis paresseuse, ou que je me cherche des excuses. » – Anna Powers

18. « C’est la réalité. Je ne surréagis pas. » – Kimberly Warren

19. « Les troubles anxieux sont une maladie. On ne peut pas juste guérir en claquant des doigts d’une maladie psychique. » – Heather Morello

20. « Les troubles anxieux et l’inquiétude, ça n’est pas la même chose. » – Amy Hrynyk

21. « La prière ne fait pas disparaitre ça. » – Kayla Gosse

22. « Le fait que je n’arrive pas à expliquer les sentiments qui causent mon anxiété ne les rend pas moins valides. » – Lauren Elizabeth

23. « Je ne suis pas folle. » – Peggy Hess

24. « Toute la logique du monde ne pourra pas empêcher mon coeur de tambouriner dans ma poitrine. » – Rebecca V Cowcill

25. « Même la tâche la plus simple peut parfois me submerger. » – Rhonda Bodfield

26. « C’est incontrôlable. » – Asia Pope

27. « Le fait que tu ne les comprennes pas ne rend pas mes peurs moins réelles. » – Vicki Happ

28. « C’est comme si tout le poids du monde était sur tes épaules. Tu te sens étouffé. » – Danielle Nicole Box

29. « Je ne fais pas ça pour avoir de l’attention. » – Georgia Tsaganis Johnson

30. « La plus petite chose peut me faire partir en vrille. Plus je me sens piégée, plus je me sens mal. Avoir de l’espace autour de moi me fait toujours me sentir mieux. » – Manda Ree

31. « Mon esprit est mon ennemi, donc j’ai besoin de toi à mes côtés. Parfois, j’ai même besoin que tu te battes à mes côtés. » – Erin Farmer-Perrine

Un site utile sur l’IVG à partager et linker en masse : http://www.sante.gouv.fr/ivg

Un article « purement utilitaire », cette fois, parce que je ne suis pas directement concernée là tout de suite, que ça n’est donc pas un coup de gueule écrit avec mes tripes et ma hargne immédiate, mais quand même :

En France, les anti-IVG (appelés des fois « pro-vie », terme un peu foireux parce que ça parait vachement positif, dit comme ça, d’être « pro-vie », mais que en fait, c’est surtout « anti-choix » comme démarche…) ont une foule de sites internet qui paraissent officiels, qui ont l’air de sites d’information neutres et objectifs sur l’IVG, mais qui en fait, quand on y regarde de plus près, sont juste là pour tenter de dissuader les personnes qui tombent sur leur site d’avoir recours à l’IVG.

On y lit une foule de témoignages de personnes « ayant très mal vécu leur avortement » (on peut raisonnablement supposer qu’une partie au moins de ces témoignages sont fabriqués de toutes pièces, hein, vu que ça ne semble pas être l’honnêteté intellectuelle qui étouffe les personnes à l’origine de ces sites…), une autre foule de témoignages de personnes qui sont « très heureuses qu’on les ait aidé à ne pas avorter ».

Et évidemment aucun témoignage positif sur l’avortement, s’agirait pas de semer le doute dans les esprits, hein ! LA VIE A TOUT PRIX, voyons !

BREEEF !

Je ne vais pas m’étendre sur « tout le bien » que je pense de ces sites et des personnes et groupes qui en sont à l’origine, c’est inutile.

Par contre (outre le fait de décourager des personnes d’avoir recours à l’avortement), il y a un autre but, peut-être plus fourbe encore, dans la prolifération de ces sites « anti-choix » : il s’agit d’enterrer le référencement d’un site REELLEMENT INFORMATIF, réellement pro-choix, lancé par le gouvernement français.

Ce qui fait que quand on google « information ivg France », on se retrouve avec un fatras de sites, celui du gouvernement OK, mais aussi les fameux sites anti-choix.

Une action toute simple pour contrer leur démarche crado, qui prend grosso merdo deux minutes si on a la flemme de pondre un gros pavé explicatif et qu’on se contente d’un lien et d’une brève explication, pour améliorer le référencement du site REELLEMENT PRO-CHOIX du gouvernement :

Si vous avez un blog, créer un article pour partager ce lien :
http://www.sante.gouv.fr/ivg

Plus souvent le lien est partagé, plus les moteurs de recherche le référencent efficacement, et plus ça enterre le référencement des sites crados-faux-derche-anti-choix.

Voilà. Pour moi, c’est fait.

Si l’idée vous parle, ben… A votre tour, donc !

A quand une manif’ pour défendre les victimes de la grossophobie ?

Vous avez surement tous-tes entendu parler de la sombre histoire de bikini à Reims, qui a déchainé les réactions islamophobes ces derniers jours ?

Pour les éventuelles personnes sortant d’une retraite spirituelle dans une grotte loin d’internet et des médias ces derniers jours, petit résumé des faits.

Le mercredi 15 juillet, une altercation incluant un échange de coups éclate dans un parc à Reims. Une jeune femme bronzant en bikini se fait taper dessus par un groupe de 5 autres jeunes femmes, et se retrouve avec 4 jours d’ITT suite à cette agression.

Les interprétations s’emballent, les personnes qui ont cogné sont de confession musulmane et la conclusion à laquelle arrivent rapidement les médias, c’est qu’elles ont agressé une jeune femme bronzant en bikini parce que « c’est contraire à la morale de s’exhiber ».

Twitter s’emballe sous le hashtag #jeportemonmaillotauparcleo, SOS Racisme fonce dans le tas en appelant à une manifestation « Pour dire oui à la liberté », les politicard FN se frottent les mains et s’indignent de plus belle.

Suite de l’histoire : d’après les premières conclusion de l’enquête, il semblerait que « l’agresseuse » ait en fait été victime d’une remarque grossophobe (« Avec ton physique, je comprends que tu n’oses pas te montrer », truc du genre), ait répliqué par une baffe, et que la bagarre se soit envenimée. Rien à voir, donc, avec une histoire de morale ou de religion. (source)

Outre le fait que ça soit sérieusement merdique de voir une pareille récupération raciste d’un pauvre fait divers qui méritait à peine trois lignes d’entrefilet dans un canard local (sans dire que ça n’est pas grave, hein, mais sérieusement… des bagarres entre ados, c’est pas pour dire, mais il y en a tous les jours, et ça passionne assez rarement toute une nation…), la Grosse que je suis grogne derrière son ordi.

Entendons nous, je n’ai pas la prétention de savoir à coup sûr le fin mot de cette histoire : je ne suis toujours pas flic, je ne suis pas juge non plus, je ne fais que lire, comme tout le monde, les articles qui me sont passés sous la main sur le sujet.

Entendons nous aussi, je ne vais pas dire que la victime d’insultes grossophobe a eu l’idée de l’année en rétorquant à coup de baffes. Je ne pense pas que ça soit la réponse la plus adéquate ever, hein.

Mais par contre… Maintenant que la première interprétation, raciste à souhait, de cet incident semble compromise… Où est passée la belle mobilisation « Pour dire oui à la liberté », dites-moi ?

S’il est avéré que effectivement, c’est la grossophobie qui est le noeud de cette histoire… Est-ce qu’il va y avoir un hashtag #jeportemongrastranquille, ou un truc du genre ? Est-ce qu’il va y avoir des associations qui vont appeler à manifester pour affirmer le droit à être gros tranquille sans se faire emmerder de partout ?

Maintenant qu’il ne s’agit plus de cracher sur l’islam, mais de défendre le droit des gens à avoir le poids qu’ils ont sans se faire emmerder, est-ce qu’il va se passer un truc grandiose qui va enflammer toute la presse d’un pays ?

En fait, non, il ne se passera rien.
Il ne se passera rien, parce que insulter les gros, c’est pas grave, c’est pas « une atteinte à la liberté », c’est pas vendeur, c’est pas un sujet à la mode.
Alors on peut, tranquilou, continuer de dire à une nana en « surpoids » que « avec ton physique, je comprends que tu n’oses pas te montrer », et à trouver des interprétations racistes à sa réaction énervée.

Ben non, quoi, la grossophobie ça n’existe pas, même le correcteur orthographique de mon ordinateur me le dit, en soulignant « grossophobie » d’une petite vague rouge.

Youhou, n’est-il pas merveilleux, notre monde ?

Vous voulez un petit bonus ?
Juste un petit, des fois que vous ayez envie de vous énerver un peu plus :
Face à l’information comme quoi l’agression était, en fait, grossophobe et pas une sombre histoire de morale et de religion… Les réactions volent haut. « Ca n’est pas crédible son histoire, elle aurait dû en inventer une plus crédible ».
Pas.Crédible.
Evidemment : la grossophobie n’existe pas, alors comment pourrait-elle être à l’origine d’une agression ?

J’vais vous dire… Un peu plus jeune que cette nana, j’ai fait un coquard à un camarade de classe. Pour une remarque du même genre. J’ai enlevé ma chaussure, et je la lui ai balancé dans la gueule. Self Control fail.

Ca aussi, ça n’est pas crédible ? Vous voulez qu’on lui demande ? Je pense qu’il s’en souvient…

(Ah. Juste une chose. Je suis largement aussi choquée par la récupération raciste que par l’insulte grossophobe, hein. Loin de moi l’idée de vouloir faire passer au 2ème plan toute la bouse islamophobe qui a été faite autour de cette histoire pour « défendre mon bout de gras » (!) de lutte contre la grossophobie.
L’islamophobie galopante, même n’étant pas concernée, me fout sérieusement la gerbe. Mais je ne suis clairement pas la mieux placée pour en parler, d’autres le font vachement mieux que moi parce que ça les touche directement.)

Je suis une « tiède », et peut-être bien un peu fière de l’être

Un jour, une personne dans un groupe militant sur Facebook m’a qualifiée de « tiède ».
Comme si cette insulte thermique était L’Insulte Suprême.
La Compromission Ultime.
Le Pactisage avec l’Ennemi caractérisé.

Donc je suis « tiède ».

Dans la bouche Sur le clavier de la personne qui me l’a dit, c’était voué à tirer un trait sur la validité de mes arguments.

C’était il y a un an à peu près, la bébé-militante que j’étais a été passablement blessée dans son ego de militante par ce qualificatif.
Je n’avais pas encore pigé grand chose au milieu militant, mais assez pour comprendre qu’être accusée de tiédeur, c’était l’équivalent militant de se faire traiter de collabo.
Not good, donc.

Avec le temps, j’ai pris du recul, et en fait, j’assume ma tiédeur radicale, compulsive, obsessionnelle.

Parce que j’ai compris que toute personne cherchant le dialogue avec « l’ennemi », la compréhension globale, cherchant à convaincre plutôt qu’à matraquer verbalement l’oppresseur était « une tiède ».

Voyez vous, je n’y crois pas, au changement qui ne passe QUE par la colère.
Je ne crois pas au changement où l’oppresseur n’est pas un minimum amené à comprendre ce qui merde dans le système.
Je ne crois pas à l’Oppresseur qui est le Salaud et l’Opprimé qui est la Blanche Colombe.
Je ne crois pas au fait que gueuler sa colère, son raz-le-bol, soit l’unique porte d’entrée vers un monde meilleur.

Eh, je t’ai vu, toi, là dans le fond.
J’t’ai entendu penser « Elle vit dans le monde des bisounours, celle là ».

bisounours

Nope.
Nope nope nope.

Libre à vous de me croire ou pas, mais mon monde n’est pas rose et uniquement peuplé de petits poneys magiques, d’arcs en ciels, de chatons et de petits cœurs.
Bon, y en a aussi un peu, hein, je ne vais pas noircir le tableau, mais dans mon monde, et dans ma vie, y a aussi pas mal de trucs qui piquent, qui grincent, qui gueulent, qui cognent, qui discriminent, qui écrasent.

Et quoi ?

En colère contre tout ça ? Je le suis. Constamment.
Je suis en colère contre la culture du viol et contre la psychophobie qui ont fini par unir leurs forces pour amener trois amies proches à se foutre en l’air (j’aurais pu dire « se suicider », c’est plus poli, mais merde, le suicide c’est pas glamour, les larmes, la rage, le vide, l’absence, c’est pas poli).
Je suis en colère de devoir constamment me battre pour qu’on me foute la paix sur mon poids, pour faire taire les enfoirés dans le bus, dans la rue, chez le médecin, dans l’ascenseur de mon immeuble, dans ma famille.
Je suis en colère d’avoir à faire un acte politique assumé à chaque fois que je rentre le soir après 22h (et d’ailleurs, c’est une vaste blague de dire « après 22h », parce que les mecs qui considèrent que la rue est à eux, et que la nana que je suis est un morceau de steak sur l’étalage de boucher géant qu’est la rue, c’est à 7h du mat’, à 14h ou à 18h aussi. Pas seulement « après 22h »).
Je suis en colère de me faire engueuler périodiquement dans les chiottes des femmes, parce que je ne suis pas assez conforme aux stéréotypes féminins, que donc on me prend pour un mec, et que donc, même aller pisser devient une sorte d’affirmation de mon droit à me fringuer comme bon me semble, à avoir le rapport que bon me semble avec mon genre, tout ça.
Je suis en colère de savoir, même si j’ai pour le moment toujours échappé aux violences physiques homophobes, que je peux éventuellement me faire casser la gueule dans la rue pour avoir tenu la main à la personne que j’aime, parce que j’ai l’audace de ne pas être hétéro.
Je suis en colère de tout ça, et de plein d’autres trucs.
Cette colère, y a des moments où j’ai besoin de la gueuler. OUAIS. Evidemment que ouais.

Mais pas toujours. Pas tout le temps.
Et à plus forte raison : je ne pense pas que tout ne peut passer que par ça.

Le mouvement militant, ouais, pour moi, c’est autre chose que juste une vaste thérapie par le cri primal.
Quand j’ai besoin de gueuler un grand coup, je vais gueuler dans la forêt, personnellement, j’emmerde éventuellement deux trois écureuils passant par là (désolée pour eux, sincèrement !).
Des fois, aussi, je me fous en rogne dans les commentaires d’une page grossophobe sur Facebook. Vous savez, une de ces pages qui propose de tuer les gros porcs d’obèses que nous sommes.
Ouais là je me lâche, un peu.

Par contre, souvent, aussi, j’essaie de dialoguer. De comprendre, de faire comprendre, d’éduquer, de faire réfléchir.
D’amener « les oppresseurs » à réaliser ce qu’ils sont en train de faire.
Parce que souvent, c’est pas des infectes salauds. Parce que souvent, c’est tout comme moi des être humains placés dans un système, entrainés, embarqués dans des mécanismes qu’ils ne voient pas forcément.

Ca prend plus de temps de faire réfléchir quelqu’un que de le traiter de salaud.
Ca prend plus de temps d’expliquer la grossophobie à quelqu’un qui n’a jamais entendu le mot « grossophobie », de décortiquer les mécanismes, de les rendre visibles, que de juste dire « tu es grossophobe !!! »
Souvent, ça ne marche pas.
Souvent, je passe pour une douce illuminée.

Mais des fois ça marche. Des fois des gens disent « Ah ouais, je n’avais jamais vu ça comme ca, je n’avais jamais réfléchi à ça comme ça ».

Et dans ces moments là, ouais, ma tiédeur, j’en suis plutôt fière. Parce qu’une personne convaincue, c’est une personne qui va à son tour convaincre. Passe le message à ton voisin.

Entendons nous, je ne crache pas sur la colère. Je ne crache pas sur les gens qui pour x ou y raison n’arrivent pas à être pédagogue. Je ne crache pas sur les coups de gueule. (Genre, vous avez vu le titre de mon blog, hum ?)

Par contre, je crache sur le culte du Coup de Gueule érigé en Manière Unique de militer, en Saint Graal du Mouvement Militant, en dogme, presque en religion.
Il est où, le droit à l’auto-détermination et au respect qu’on revendique (à juste titre !), quand on se permet de se cracher dans la gueule parce qu’on ne milite pas tous-tes pareil ?

Je crois à la complémentarité des manières de militer, je crois en la diversité des militant-es, je crois en la diversité tout court, d’ailleurs.

Et je crois en ma tiédeur, ouais. Si vous tenez à appeler ça comme ça.